Aller au contenu

Monopoly : Comment est né le jeu qui se voulait anti-capitaliste

    Créée par une idéaliste, volé par un opportuniste !

    Qui ne connaît pas le Monopoly ?
    Depuis 1935, ce jeu de société s’est vendu à plus de 280 millions d’exemplaires. Il en existe plusieurs versions mais toutes exaltent le gain et le monopole. Du pur capitalisme …
    Tout le contraire de son idée de base !
    On vous raconte la création du Monopoly (et pourquoi l’idéalisme, ça ne paie pas !)

    Elizabeth Magie, la conceptrice du Monopoly

    Janvier 1904, dans l’État de Maryland aux États-Unis.
    Elizabeth Magie (1866-1948) est une quacker de 38 ans, féministe, autrice de contes, actrice, qui a également inventé un procédé qui facilite la mécanographie.

    Elle aime aussi les livres de l’économiste américain Henry George. Celui-ci soutient la création d’une taxe unique basée sur l’utilité, la taille et la localisation d’un terrain. Après avoir financé le gouvernement, le supplément de l’impôt devait être redistribué aux producteurs. Une façon de promouvoir l’agriculture et de lutter contre les propriétaires fonciers qui s’approprient des richesses.

    Comme lui, Elizabeth Magie dénonce la « nature antisociale du monopole ».
    Alors pour diffuser ses idées, Elizabeth Maggie invente The Landlord’s Game, le Jeu du propriétaire.
    L’objectif du jeu est de montrer les effets négatifs sur l’économie du monopole de la terre et comment une taxe unique peut y remédier.

    Peu à peu, The Landlord’s Game se diffuse à travers les États-Unis et rencontrent un petit succès dans les milieux intellectuels de gauche. Le jeu est même utilisé dans les universités, où les étudiants inventent leur propre version du plateau.
    Cependant, les ventes restent marginales.

    .

    Le saviez-vous ?

    Mr. Monopoly (Rich Uncle Pennybags en anglais), le personnage en smoking et haut-de-forme qui apparaît sur la boîte, est inspiré par le banquier américain John Pierpont Morgan (1837-1913).

    .

    Et le capitalisme entre dans le game !

    1930, à Philadelphie. Charles Darrow (1889-1967) a du mal à vendre ses radiateurs !
    Après la crise de 1929, le commercial sur le point de devenir papa galère comme beaucoup d’Américains.

    Un soir, il découvre une version du Jeu du propriétaire chez des voisins.
    Eurêka (ou plutôt Jackpot) ! Charles Darrow décide de l’adapter.
    40 cases (dont la fameuse case prison), 28 titres de propriété, l’objectif de ruiner ses adversaires pour gagner … Adieu les idées d’Henry George, bienvenue Monopoly !

    En 1934, il le propose au géant du jeu de société, Parker Brothers (racheté en 1991 par Hasbro).
    L’entreprise ne croit pas au succès du Monopoly, jugé trop compliqué.
    Mais Darrow croit dur comme fer à son projet et démarche lui-même les magasins de jouets. Le succès est au rendez-vous, Parker Brothers se rend compte de sa bourde et achète finalement les droits du jeu en 1935.

    Le Monopoly est un best-seller : il s’en vend 20.000 boîtes par semaine dès la première année.

    Non seulement Charles Darrow devient riche mais il est crédité seul créateur du jeu.
    Elizabeth Magie se manifeste et signifie alors son désaccord. Elle reçoit 500 dollars des Parker Brothers, s’en contente et renonce aux royalties.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.