L’Atlantide et autres Civilisations Légendaires Disparues

Le Tour des Mondes Engloutis !

Toutes les grandes civilisations possèdent une version du Déluge.
La disparition d’un peuple et d’une culture par la submersion est un thème universel d’innombrables récits de l’Antiquité, tout comme celui d’un âge d’or perdu.
Voici quelques Cités Légendaires, ensevelies à jamais, qui alimentent toujours (et parfois trop) l’imagination.

L’Atlantide

Le mythe du paradis perdu

Atlantis est évoquée pour la première fois par Platon, dans deux de ses Dialogues (le Critias et le Timée).
Au IVème siècle avant J.-C., le philosophe décrit une île merveilleuse située au-delà des Colonnes d’Héraclès (montagnes qui bordent le détroit de Gibraltar). atlantide
Sa position géographique est idéale : proche du jardin des Hespérides (verger fabuleux où vivent les Nymphes) et de l’île des Bienheureux (les Enfer mais pour les plus vertueux).

L’Atlantide est un monde parfait :

“Puis tout ce que la forêt fournit de matériaux pour les travaux de charpentiers, l’île le produisait aussi en abondance. Elle nourrissait aussi abondamment les animaux domestiques et sauvages. (…) En outre, tous les parfums que la terre nourrit à présent, en quelque endroit que ce soit, qu’ils viennent de racines ou d’herbes ou de bois, ou de sucs distillés par les fleurs ou les fruits, elle les produisait et les nourrissait parfaitement (…)” – Platon

Dans un tel décor paradisiaque, les Atlantes ne pouvaient être qu’à leur apogée culturelle, scientifique et sociale.

“Avec toutes ces richesses qu’ils tiraient de la terre, les habitants construisirent les temples, les palais des rois, les ports, les chantiers maritimes, et ils embellirent tout le reste du pays (…)”

Pleinement dévouée au culte du dieu grec de la mer, Poséidon, la colère de Zeus s’abat finalement sur l’Atlantide. Car, bien qu’à l’origine purs et quasi divins, les Atlantes ont cédé à leurs bas instincts humains : guerres, décadence, corruption …

“Mais dans le temps qui suivit, il y eut des tremblements de terre et des inondations extraordinaires, et, dans l’espace d’un seul jour et d’une seule nuit néfastes, tout ce que vous aviez de combattants fut englouti d’un seul coup dans la terre, et l’île Atlantide, s’étant abîmée dans la mer, disparut de même. »

Un sujet apprécié

Le mythe de l’Atlantide est une source d’inspiration pour nos contemporains.

Depuis l’historien Ignatus Donelly (1833-1901) jusqu’au célèbre Commandant Cousteau (1910-1997), nombreux sont les explorateurs qui tentent encore de prouver l’existence de l’île et de déterminer son emplacement. À ce jour pourtant, rien de concluant sur un plan archéologique. 

Et il sera bien plus difficile de prouver que les Atlantes étaient des êtres d’exception, voire divins.

Niveau artistique, rien de plus classique que le thème du paradis et d’un âge d’or perdus ! L’Atlantide a inspiré :

  • Sir Arthur Conan Doyle (Le Monde Perdu, 1912),
  • Jules Verne (L’île mystérieuse, 1874 ; Vingt mille lieux sous les mers, 1868),
  • Tolkien (l’île de Númenor dans le Silmarillion, 1977),
  • les studios Walt Disney (Atlantide, l’empire perdu, 2001).

Et la liste est loin d’être exhaustive, puisqu’on ne sait toujours pas, de source sûre, si l’Atlantide a existé ou non …

D’autres civilisations légendaires englouties

Nombreuses sont les légendes concernant des cités ou des continents, qui auraient été anéantis par les eaux.
C’est à se demander si les océans contiennent autre chose que des ruines !

Même si l’archéologie atteste de ruines englouties (des Pompéi sous la mer, en quelque sorte), il est difficile de trouver des villes entières ou d’affirmer que leurs habitants étaient des sirènes, des aliens ou des demis-dieux (théories existantes !).

Mu

atlantide

Il s’agirait d’un continent entier, allant du nord des îles d’Hawaii jusqu’aux îles Fidji et l’île de Pâques, et peuplé par la bagatelle de 64 millions d’habitants ! Les sources qui l’évoquent sont peu fiable :

  • Le missionnaire Brasseur de Bourbourg (1814-1874), qui affirme avoir découvert son emplacement en 1866.
  • Augustus Le Plongeon (1825-1908), passionné de civilisations précolombiennes mais célèbre pour son excentricité, qui pense également avoir des preuves de son existence passée.
  • En 1926, l’écrivain britannique James Churchward (1852-1936) qui publie Mu, le continent perdu.

Tous parlent de textes mayas (dont le célèbre Codex de Madrid) qui décriraient ce continent paradisiaque détruit par une série de cataclysmes (séismes, éruptions volcaniques …).
Cependant, la majorité des scientifiques s’accordent aujourd’hui sur l’aspect fantaisiste des traductions de glyphes mayas, par ailleurs extrêmement complexes à decoder.
Mu a-t-il existé ? Rien n’est moins sûr.

La Lémurie

Autre terre submergée, que l’on situe dans l’Océan Indien et qui est parfois confondue avec Mu : la Lémurie.

Ses premières références datent des années 1830.
Les scientifiques observent alors qu’il existe une même espèce animale (les lémuriens) sur deux territoires très éloignés, l’Inde et le sud de l’Afrique. Le zoologiste britannique Philip Lutley Sclater (1829-1913) émet donc l’hypothèse de l’existence passée d’une passerelle de terre qui aurait relié deux zones géographiques.

D’autres personnalités ésotéristes popularisent cette théorie dans les décennies suivantes.
Ils pensent que, contrairement à l’Atlantide, la Lémurie n’abritait pas une civilisation hautement raffinée, mais des hommes-primates. Certains d’entre eux auraient été géants et auraient bâtis les statues de l’île de Pâques (rien que ça !).

atlantide
Il semblerait que ce petit animal soit la seule preuve de l’existence de la Lémurie (ou pas !).

Agartha

Ou le métro sous la mer !
Car il s’agirait d’un vaste réseau de galeries et tunnels, qui reliaient tous les continents.
En 1873, l’écrivain français Louis Jacolliot (1837 – 1890) publie Les Fils de Dieu dans lequel il parle de cette ancienne cité brahmane, qui aurait été déplacée, il y a 4000 ans, au coeur des montagnes de l’Himalaya.
Cette théorie de la Terre Creuse fera les beaux jours des mouvements New Age du XXème siècle. Ce courant occidental spirituel ont attribué aux habitants d’Agartha (tout comme aux Atlantes) une forme éthérée et des capacités psychiques surnaturelles.

Hyperborrée

Cette terre mythique antérieure à l’Atlantique se serait étendue « par-delà les souffles du froid Borée» (le vent du nord), aux confins du Pôle Nord.atlantide

Certains poètes de l’Antiquité grecque, comme Hésiode et Alcée, parlent des hyperboréens comme d’un peuple sage et spirituel.
Mais ce ne sont pas les seuls :

  • La tradition hindoue nomme l’Hyperborrée « l’île blanche »
  • Les fables inuits la décrivent comme une civilisation rayonnante de savoir.
  • Les légendes scandinaves et suédoises y situent l’origine des religions.
  • Les récits celtes y font référence comme d’une « terre verte boréenne », dont ils sont issus.

La tradition orale est le seul élément de réponse pour attester de l’existence de Hyperborée. C’est un peu faible …

Yonaguni

En 1985, au sud de l’île japonaise de Yonaguni, un immense bâtiment pourvu de terrasses a été découvert par hasard, à une profondeur de 22 mètres.
Il aurait 8000 ans de plus que la pyramide égyptienne de Khéops et mesure 200 mètres de long pour 25 mètres de hauteur.

atlantide

La découverte étant récente, les scientifiques ne se mettent pas d’accord sur le monument de Yonaguni.
Pour certains, ce ne sont que dse roches sous-marines dont l’érosion donne une impression d’édifice construit.
Pour d’autres, il s’agit bel et bien d’un édifice, contenant des hiéroglyphes et même un bloc de pierre en forme de tête humaine, qui aurait été à la fois un château et un temple.

On vous laisse vous faire votre propre idEe !

Plus de decouvertes historiques

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*