Colin Firth en 7 mots

Englishman in … Hollywood !

Colin firth

1 – So british

Né en 1960 dans le Hampshire, Colin Firth passe sa petite enfance au Nigéria.
À cinq ans, il revient en Angleterre pour étudier dans le très hype Winchester College.
Il y fait ses débuts théâtraux, puis complète sa formation au Drama Centre de Londres, où il brille dans Hamlet de Shakespeare.
Colin passe sur grand écran en 1984, avec un autre jeune premier, Rupert Everett (Another Country de Marek Kanievska).

2 – Gentleman

Jane Austen change sa vie !
En 1995, la BBC adapte son roman Orgueil et Préjugés. Colin Firth joue l’énigmatique Mr. Darcy dans la mini-série qui le rend incontournable.
Les anglaises tombent amoureuses après sa scène de chemise mouillée.
Si mythique qu’en 2013, une statue kitsch de « Colin trempé » est érigée en plein milieu du lac de Hyde Park !

3 – Digne

Malgré la « colinmania », il le reste.
D’accord, il s’abonne longtemps aux seconds rôles, mais attention, dans des succès oscarisés
Le Patient anglais (1996) d’Anthony Minghella.
Shakespeare in Love (1998) de John Madden.

Colin firth

4 – Darcy 2.0

Toujours Jane Austen, dans la très libre adaptation d’Orgueil et Préjugés qu’est Bridget Jones.
Le roman de Helen Fielding devient film en 2001 … et Colin Firth rejoue Darcy !
À nouveau mouillé … dans une fontaine … avec Hugh Grant !

5 – Ave

Erreur de parcours : le péplum !
La Dernière Légion (2007, Doug Lefler) n’est pas sa meilleure expérience professionnelle.
Côté personnel, par contre, rien ne le dégoûte de l’Italie, son pays d’adoption depuis le Brexit.
Évidemment : Colin Firth est marié à une Italienne depuis 1997 !

Colin firth

6 – Oscarisé

Après une nomination en 2009, c’est grâce au Discours d’un Roi (2010) de Tom Hooper, qu’il reçoit la statuette.
Mais pas que : le BAFTA, le Prix du cinéma européen, le Golden Globes … pour ne citer que ceux-là !
La meilleure des récompenses ? La Reine a tant aimé voir son père à l’écran qu’elle le fait Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique !

7 – Éclectique

« Je sens qu’avec l’âge, le travail que l’on me propose est plus intéressant.
J’interprète des hommes avec un passé et plus avec les angoisses de la jeunesse. »

Rien qu’en 2018, on a vu Colin Firth dans des rôles très différents.
– un marin dans Le Jour de mon retour de James Marsh,
– puis « 1/3 père » dans Mamma Mia! Here we go again d’Ol Parker.
Mais toujours un anglais dans Le Retour de Mary Poppins de Rob Marshall …
On n’se refait pas !

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*