25 Expressions québécoises insolites (pour les Français !)

Ça sent bon le sirop d’érable !

L’affaire est ketchup !

expressions québécoises

En France, on dirait :

Tout s’est passé comme prévu !

D’où ça vient ?

L’expression vient d’un slogan publicitaire célèbre au Québec :
« Avec Heinz, l’affaire est ketchup ! »

Ça prend tout mon petit change !

En France, on dirait :

Ça m’épuise !

D’où ça vient ?

Au Québec, le « change » est la monnaie.
L’expression québécoise est donc employée quand quelque chose exige d’utiliser toutes ses ressources.

Passer la nuit sur la corde à linge

En France, on dirait :

Passer une nuit blanche agitée.

D’où ça vient ?

L’expression naîtrait d’une comparaison entre les nuits blanches festives et les vêtements qui restent longtemps étendus en extérieur.
Le lendemain, ils sentent rarement le frais !

Se payer la traite

En France, on dirait :

Se payer du bon temps !

D’où ça vient ?

Au Moyen-Âge, la traite est un document qui définit les clauses pour le remboursement d’une dette.
« Se payer la traite » laisse donc entendre que l’on dépense sans compter !

Être broche à foin

expressions québécoises

En France, on dirait :

Être une personne minable, un objet ou un travail de mauvaise qualité.

D’où ça vient ?

Du passé agricole.
Les fermiers formaient des bottes de paille à la fourche.
Le matériel étant de mauvaise qualité, le travail était mal fait et il fallait donc le refaire.

Ça ne prend pas la tête à Papineau !

expressions québécoises

En France, on dirait :

Il ne faut pas être Einstein pour comprendre ça !
(C’est le sens de l’expression !)

D’où ça vient ?

De Louis-Joseph Papineau (1786-1871).
Cet homme politique, grand symbole du nationalisme canadien, était célèbre pour sa grande intelligence.

Être en mosus

En France, on dirait :

Être de mauvaise humeur.

D’où ça vient ?

De l’Église.
Comme « tabarnak » (tabernacle) ou « Crisse » (Christ), « mosus » vient du jargon religieux.
C’est une variation de « maudit ».

Être tricoté serré

expressions québécoises

En France, on dirait :

Être uni.

D’où ça vient ?

De l’anglais « close-knit ».
L’expression s’emploie souvent pour parler d’une famille soudée.

Avoir un Six-Pack

En France, on dirait :

Avoir une tablette de chocolat !

D’où ça vient ?

Des emballages de bières.
Souvent disposées en deux rangées de 3 bouteilles, les packs représentent la forme des abdominaux musclés.

Dormir sur la switch

En France, on dirait :

Être long à la détente !

D’où ça vient ?

Au Québec, une switch est un interrupteur.
L’expression veut donc dire que l’on n’est pas très réactif, puisque l’interrupteur est éteint !
On dit aussi « dormir sur le gaz ».

 


D’autres expressions québécoises étonnantes

« Tire-toi une bûche »
Prends une chaise !

« T’es assis sur ton steak ! »
Tu es une grosse feignasse !

« J’ai mon voyage. »
J’en ai marre !

« T’es vite sur tes patins ! »
Tu démarres au quart de tour !

« T’as la fly à l’air ! »
Ta braguette est ouverte.

« Il tombe des peaux de lièvre. »
Il neige à gros flocons.

« Il m’a passé un sapin. »
Je me suis fait arnaqué.

« Lâche pas la patate ! »
Tiens bon !

« J’ai des bibittes … »
J’ai des soucis.

« C’est Tiguidou. »
« C’est ok. »

« On se calme le pompon. »
Gardons la tête froide !

« On s’est paqueté la fraise. »
On a fait la fête.

« J’attends que le curé se mouche. »
Je prends mon temps.

« Il a de la mine dans le crayon ! »
C’est un chaud lapin !

« Tu as de l’eau dans la cave ! »
Ton pantalon est trop court.

.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*