Les Expressions sexuelles que vous utilisez sans le savoir !

La langue française est une vicieuse !

Vous ne le savez peut-être pas, mais vous utilisez TOUS LES JOURS, et depuis l’enfance, des expressions sexuelles, pour ne pas dire carrément pornographiques !

L’affaire est dans le sac !

Aujourd’hui : Le tour est joué, Done !
Au XVIème siècle : Et c’est parti, mon kiki ! Ou comme dirait Jean-Claude Dusse (Les Bronzés font du ski) :

expressions sexuelles

Et ne vous trompez pas, ici, le sustantif « affaire » est au masculin, car il s’agit du pénis !
Alors quand « l’affaire est dans le sac », c’est « une bonne affaire » !

Tu me cours sur le haricot !

Aujourd’hui : Tu me tapes sur le système !
Autrefois : Pour cette expression-ci, on s’en doutait bien : le « haricot » désigne les attributs sexuels. Autant masculins que féminins, d’ailleurs (pénis  dans sa version « légume » contre clitoris dans sa version « légumineuse » !).
Et finalement, aujourd’hui encore, l’allusion est là : « Tu me casses les … ».

Je ne mange pas de ce pain-là !

Aujourd’hui : Non, monsieur ! Je me refuse à commettre cette action immorale ! (Souvent prononcé sur un air outré et revendicatif).
Autrefois : Belle métaphore boulangère à qui l’on doit encore une évocation des fesses, les « miches ».
Le « pain » était le pénis en érection. Alors, logiquement … Qui sont donc les boulangères ?!
Voilà ! « Ne pas manger de ce pain-là », c’est donc ne pas fréquenter les filles de rue.
Ça nous fait forcément penser à Pagnol et à sa Femme du Boulanger (1938) …

On n’est pas là pour enfiler des perles !

Aujourd’hui : Refuser de perdre son temps à des bagatelles !
Autrefois :  Avoir des relations sexuelles évidemment. (D’ailleurs la « bagatelle », ça veut bien dire ce que ça veut dire !)
L’expression ne date pas d’aujourd’hui. Pour preuve, cette citation de Rabelais dans Gargantua, son roman de 1534.

« O, dist Spadassin, par Dieu, voicy un bon resveux ! Mais allons nous cacher au coing de la cheminée, et là passons avec les dames nostre vie et nostre temps à enfiller des perles ou à filler comme Sardanapalus. Qui ne se adventure perd cheval et mulle, ce dist Salomon. » Chapitre 33

Poser un lapin

Aujourd’hui : Ne pas se rendre à un rendez-vous et faire attendre quelqu’un.
Au XIXème siècle : En quelque sorte, il était déjà question de mauvaise éducation.
Puisque qu’il s’agit de ne pas payer une prostituée après ses services.

Tirer son épingle du jeu

Aujourd’hui : Savoir se sortir victorieux ou indemne d’une situation délicate.
Autrefois : On disait « jouer à cache l’épinglette » pour évoquer une relation sexuelle.
Retirer l’épingle avant la fin du jeu, c’est donc un coït interrompu !

Se mettre à table

Aujourd’hui : Passer aux aveux.
Autrefois : Pratiquer le sexe oral.
Pour le moins, une évolution sémantique intéressante !

Avoir la puce à l’oreille

Aujourd’hui : Se douter de quelque chose …
Autrefois : Les femmes utilisaient cette expression pour avouer leur excitation sexuelle.
Note culturelle : La Puce à l’Oreille est un vaudeville de Georges Feydeau créé en 1907, dans lequel tous les personnages se soupçonnent mutuellement d’adultère !

Qu’est-ce qu’elle fait, ta soeur ?
Elle bat le beurre !

Aujourd’hui : Euh … Certes ! Cette plaisanterie de cours d’école est un peu datée … Elle a un temps été remplacée par les vannes sur « Ta mère est tellemet grosse que … »
Autrefois : « Battre le beurre »ou « baratter » veut tout simplement dire « coïter ».
Et dans le même ordre d’idée, la « crème » était une image pour le sperme. On parie que vous ne direz plus de personne que « c’est une crème » sans y penser ?!

Avoir un pépin

Aujourd’hui : Avoir un souci.
Autrefois : Logiquement, on le comprend, il s’agit de tomber enceinte sans l’avoir voulu. « Avoir un polichinelle dans le tiroir ».
Bien qu’avant le XIXême siècle, « avoir un pépin » voulait simplement dire « avoir le béguin ».
Mais du béguin au bébé, il n’y a qu’un pas !

Passer sur le billard

Aujourd’hui, et depuis 1916, cette expression se réfère à l’univers médical, le « billard » étant synonyme de la table d’opération chirurgicale.
Avant ça, l’expression fait bien référence au jeu (qui d’ailleurs a été inventé au Moyen-Âge).
Et pour rappel, on y joue avec des boules et une queue …
Voilà, vous avez tout compris !

expressions sexuelles

Être à la bourre

Aujourd’hui : Être en retard.
Autrefois : « Être passé sur le billard » et « ne pas enfiler les perles » !

Jeter le bébé avec l’eau du bain

Aujourd’hui : Se défaire d’une chose ou sortir d’une situation sans prendre la peine de séparer le bon du mauvais.
Autrefois : Pour éviter « le pépin », les femmes tentaient une méthode contraceptive approximative. Elles lavaient leurs parties intimes, juste après un rapport sexuel. Ce n’est donc pas une expression imagée !

expressions sexuelles

Remettre les pendules à l’heure

Aujourd’hui : Recadrer quelqu’un, mettre les points sur les i.
Autrefois : Et oui, même cette expression n’est pas innocente !
Sans vous faire un dessin, disons qu’il s’agit de « guider l’aiguille sur le cadran » … Vous avez compris ?! On disait aussi « mettre le Pape dans Rome » !

De fil en aiguille

Continuons avec l’aiguille (le pénis donc) !
Aujourd’hui : Suivre une progression logique.
Au XVIème siècle : Se faire sodomiser (on disait « s’en faire filer une aiguillée »).

Reprendre du poil de la bête

Aujourd’hui : Allez, hop, on reprend courage !
Autrefois : « remettre ça », « remonter sur la bête », « se remettre en selle » … Faire l’amour une nouvelle fois.

Se faire passer la bague au doigt

La minute romantique ? Pas du tout ! 
Aujourd’hui
 : Recevoir une demande en mariage.
Autrefois : Pas de promesse éternelle, juste avoir un rapport sexuel !
Puisque la « bague » représente le vagin, le « doigt » est … Ben voilà quoi !

expressions sexuelles

En baver

Aujourd’hui : Passer par une situation difficile.
Autrefois : À peu près le même sens … Mais lorsque vous êtiez atteint d’une maladie vénérienne ! En particulier la gonorrhée ou « chaude-pisse », aux symptômes évoqués dans cette expression … et que nous ne vous décrirons pas !
Allez voir sur doctissimo !

Un bouche trou

Aujourd’hui : Un remplaçant très peu valorisé !
Autrefois : Faut-il vraiment vous l’expliquer ? Après avoir lu les définitions précédentes, cette expression sexuelle nous apparaît plus qu’évidente ! Elle est d’ailleurs également utilisée par Rabelais dans Gargantua. Un bon vivant pornographe, semble-t-il !

Les carottes sont cuites

Aujourd’hui :  Les jeux sont faits ! C’est mort ! La fin des haricots !
Autrefois : La carotte était un classique de la référence phallique. Mais lorsqu’elle était cuite, elle représentait l’impuissance.
On imagine que ce n’était pas le sens transmis sur Radio Londres par les résistants pendant la Seconde Guerre mondiale.
Quoique … On l’oublie, mais il y a aussi eu le message « Yvette aime les grosses carottes » pour annoncer le parachutage d’armes !

expressions sexuelles

C’est chouette !

Aujourd’hui : C’est super !
Autrefois : Sodomiser (la « chouette » faisant référence à l’anus).

Donner du grain à moudre

Aujourd’hui : Donner matière à parler, à faire …
Autrefois : Avez-vous déjà entendu quelqu’un dire « on entre ici comme dans un moulin ? » ? Et quoi de plus fréquenté qu’une maison close ?
Et bien voilà ! « Donner du grain à moudre », c’est faire appel à une prostituée.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*