10 figures de style que l’on entend partout !

Petit cours de rhétorique

Les figures de style sont des procédés qui améliorent le discours.
Enfin, normalement … !

Voici quelques exemples, classiques et modernes, à replacer pour épater la galerie !



Comparaison

A comme B

La comparaison est sans doute la plus employée des figures de style !
Elle relie deux réalités grâce à un mot « charnière » : « comme », « tel que », « semblable à » …

Arthur Rimbaud « Rêve pour l’hiver »
« Un petit baiser, comme une folle araignée,
Te courra par le cou … « 

Paul Éluard
« La Terre est bleue comme une orange. »

Daniel Balavoine « Tous les cris les S.O.S. »
« Comme un fou a jeté à la mer
une bouteille vide et puis espère ... »

figures de style

Métaphore

A = B

La métaphore est une comparaison sans mot « charnière ».

Paul Éluard
« Tu es la terre qui prend racine. »

Jean-Luc Mélenchon
« Je savais qu’elle est inépuisable, la vague qui nous porte ! »

Julien Doré « Bleu canard »
« Le ciel est bleu connard.
Le ciel est bleu canard … »

Lorsqu’une métaphore est reprise sur plusieurs lignes, on parle de métaphore filée.
Mais lorsque la métaphore exprime de l’abstrait avec un élément concret, il s’agit d’une allégorie : dire « la faucheuse » pour la Mort.

figures de style
Allégorie artistique : La Liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix (1830)

Anaphore

A__. / A__.

Une anaphore consiste à répéter un mot ou groupe de mots en début de phrase ou de vers.
Elle donne une impression de martelage, qui n’est pas innocente : elle cache toujours une intention.

Charles de Gaulle
« Paris, Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! mais Paris libéré ! … »

François Hollande
« Moi président de la République … », répété 15 fois lors du débat de l’entre-deux tours.

Stromae « Alors on danse »
« Qui dit études dit travail,
Qui dit taf te dit les thunes,
Qui dit argent dit dépenses
Qui dit crédit dit créance ... »

(Lorsque la répétition est en fin de phrase, il s’agit d’une épiphore. ___B. ___B.
Et lorsqu’une phrase contient une anaphore et une épiphore, on parle alors de symploque. A__B, A__B )

Euphémisme

A-

Un euphémisme sert à atténuer une idée qui pourrait être trop douloureuse, brutale ou vulgaire.

Arthur Rimbaud « Le dormeur du val »
« Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit. »
(Le « dormeur » est mort, tué.)

Expressions communes
« les dommages collatéraux »
« un plan social »
« il s’est éteint »

(Il ne faut pas confondre l’euphémisme avec la litote, qui consiste à dire moins pour faire entendre beaucoup plus.
L’exemple le plus connu étant de Corneille, dans Le Cid :« Va, je ne te hais point. » Comprenez « Je t’aime » !)

figures de style
L’homme blessé de Gustave Courbet (1854)

Hyperbole

A+++

Une hyperbole est le contraire d’un euphémisme : elle crée une exagération.
C’est une des figures de style permettant l’ironie.

Jean de la Fontaine « Les animaux malades de la peste »
« Manger l’herbe d’autrui ! Quel crime abominable ! »

François Fillon
« Ce n’est pas moi seulement qu’on assassine, c’est l’election presidentielle ! »

Booba « Salades tomates oignons »
« Mehdi Med a la sono,
sers-moi mon Jack dans un seau d’eau »


Chiasme

AB / BA

Avant tout, le mot se prononce « kiasme » !
Donc … Le chiasme consiste à créer un effet miroir.
C’est la disposition d’au moins deux éléments que l’on reprend après les avoir croisés.

Molière, L’Avare
« Il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger »

Victor Hugo « Booz endormi »
« Un roi chantait en bas, en haut mourait un Dieu. »

Proverbe
« C’est bonnet blanc et blanc bonnet. »chiasme

Oxymore

A (≠) B

Un oxymore associe deux mots contradictoires, pour susciter la surprise ou créer une nouvelle réalité poétique.

Victor Hugo, Les Misérables
« Cette petite grande âme venait de s’envoler. »

Titres
Stanley Kubrick, Eyes Wide Shut (Les yeux grand fermés)
Milan Kundera, L’insoutenable légèreté de l’être

Expressions communes
« le développement durable »
« une dictature démocratique »

oxymore
https://www.birdsdessines.fr/

Pléonasme

A (=) B

Contrairement à l’oxymore, le pléonasme associe deux synonymes, créant une redondance.

Molière, Le Tartuffe
« Je l’ai vu, dis-je, vu, de mes propres yeux vu … »

Emmanuel Macron
« Ce projet, c’est notre projet ! »

Expressions communes
« un dangereux terroriste »
« le tri sélectif »
« monter en haut »
« s’avèrer vrai »
« au jour d’aujourd’hui »

D’autres figures de style ressemblent au pléonasme :

  • le truisme (ou une lapalissade) – lorsqu’une proposition est tellement évidente qu’elle en devient ridicule : « l’eau, ça mouille ! »
  • la tautologie – lorsque le pléonasme est un effet de style volontaire, une sorte de clin d’oeil :
    « Quand je danse, je danse ; quand je dors, je dors. » Montaigne

via GIPHY

Allitération

B_B_B _B_

L’allitération fait répéter phoniquement une même consonne dans une phrase.

Racine, Andromaque
« Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ? »

Boby Lapointe « Ta Katy t’a quitté » 
« Ta Katy t’a quitté (tic-tac tic-tac)
T’as plus qu’à te cuiter
Et quitter ton quartier (…)
Ta tactique était toc. »

Serge Gainsbourg « La Javanaise »
« J’avoue j’en ai bavé pas vous mon amour
Avant d’avoir eu vent de vous mon amour »

Lorsqu’une phrase répète une voyelle, on parle alors d’assonance.
« Tout m’afflige et me nuit et conspire à me nuire » Racine, Phèdre.

Cliquer pour acheter à 6€ sur Amazon

Métonymie

A B

La métonymie est une association d’idées : elle remplace un mot par un autre qui lui est proche.

Expressions communes
« boire un verre »
« croiser le fer »

Lorsque la métonymie est une partie d’un élément qui désigne un tout, on parle de synecdoque :
« Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur » Victor Hugo (« voiles » pour « bateaux »)

Lorsqu’un nom propre est utilisé comme nom commun, ou inversement, il s’agit alors d’antonomase :
un gavroche, un harpagon, un kleenex …

figure de style




4 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*