10 films sous l’eau qui font peur !

Plouf … Glouglou … Mayday !

Attention, claustrophobes s’abstenir !
La plongée devient dangereuse quand les fonds maritimes n’abritent pas que des crabes et des poissons-clowns.
Voici 10 films qui montrent que finalement, la terre ferme, c’est pas si mal !


Vingt mille lieux sous les mers

films sous l'eau

Film de Richard Fleicher (1954)

Le classique de Jules Verne (1828-1905) passe sur grand écran, grâce aux studios Disney qui voulaient d’abord en faire un dessin animé.

Heureusement, c’est le vrai Kirk Douglas qui joue du harpon auprès du célèbre capitaine Nemo dans la traque d’un mystérieux monstre.

Les phoques et les calmars géants ont permis au film d’obtenir 2 Oscars : Meilleurs effets visuels et Meilleure direction artistique.


L’Aventure du Poséidon

Film de Ronald Neame (1972)

Pour son roman éponyme, Paul Gallico (1897-1976) s’est inspiré d’une histoire vraie : un épisode de la Seconde Guerre mondiale, quand Queen Mary failli chavirer, enfermant sous l’eau des troupes américaines.

Dans l’adaptation cinéma, le Poséidon est un paquebot de croisière retourné par une lame de fond … et un peu aussi, à cause d’un capitaine apeuré joué par le jeune Leslie Nielsen.
Parmi les passagers qui ont soudain un bateau sur la tête, Gene Hackman crève l’écran au point d’obtenir le BAFTA du Meilleur acteur.

Le film reçut l’Oscar de la Meilleure chanson originale.
Maigre consolation pour un tournage difficile, ayant nécessité 125 cascadeurs, en plus des acteurs principaux qui jouaient leurs propres cascades.


Sauvez le Neptune

films sous l'eau

Film de David Greene (1978)

Quand un cargo percute et fait sombrer un sous-marin nucléaire, l’équipage ne peut compter que sur Charlton Heston et David Carradine.
(Christopher Reeve est également du voyage, mais c’était un peu avant d’obtenir ses supers pouvoirs kryptonniens !).

À voir si vous aimez les effets spéciaux DIY aux maquettes vintage !


Das Boot

Film de Wolfgang Petersen (1981)

Trois ans avant d’immortaliser L’Histoire sans fin (1984), le réalisateur allemand raconte les missions du sous-marin U-96 pendant la Seconde Guerre mondiale.

Incendie sous l’eau, attaque de destroyer, plongée à risques
Les scénaristes s’en donnent à cœur joie, étayant la théorie du roman de Lothar-Günther Buchheim : les soldats allemands, envoyés à une mort certaine, furent aussi des victimes du IIIe Reich.

Ce classique 6 fois nommé aux Oscars, dont le réalisme en fait l’un des plus grands films allemands, a fait l’objet d’un reboot sous forme de série en 2018.


Leviathan

Film de George P. Cosmatos (1989)

Prenez une exploitation minière immergée.
Ajoutez un équipage trop curieux face à un mystérieux sous-marin soviétique.
Laissez une bestiole effrayante mijoter tranquillement dans un bain de sang …

On sent qu’Alien (Ridley Scott, 1979) et The Thing (John Carpenter, 1982) sont passés avant !
Sauf que le remix est raté et assassiné par la critique.


Abyss

Film de James Cameron (1989)

Sous l’océan, il peut y avoir des monstres affamés, mais aussi des extraterrestres plutôt cool : des sirènes liquides qui sauvent la vie d’Ed Harris.
Dans ce film récompensé par l’Oscar des Meilleurs effets visuels, l’angoisse d’une catastrophe n’empêche pas la naissance d’une histoire d’amour.
Y’a pas à dire … James Cameron était fait pour tourner Titanic (1997) !


Sphère

films sous l'eau

Film de Barry Levinson (1998)

Un réalisateur qui aime les grands écarts artistiques.
Après Good Morning Vietnam (1987), Rain Man (1988) et Des Hommes d’Influence (1997), il réunit Dustin Hoffman, Sharon Stone et Samuel L.Jackson dans un sous-marin.
Au fond de l’eau, ils trouvent une sphère extraterrestre qui matérialisent leurs peurs.

Ça vous tente ? Normal, l’idée est de Michael Crichton, l’auteur de Jurassic Park.
Malheureusement, tout le monde n’a pas le talent de Spielberg pour réaliser des adaptations …. Et Sphère fit un flop à sa sortie.


Peur Bleue

Film de Renny Harlin (1999)

Des biologistes étudient un possible remède à la maladie d’Alzheimer dans un complexe sous-marin.
Leurs cobayes : des requins génétiquement modifiés
Vous sentez venir le problème ?
La pescaille se venge, dévore Samuel L.Jackson, mais termine aussi mal que leurs collègues à grandes mâchoires des Dents de la Mer (1975, 1978, 1983).

Si vous êtes passés à côté de ce film … rassurez-vous !
D’après la critique, vous ne perdez rien !


Le chant du loup

Film d’Antonin Baudry (2019)

Un très beau casting masculin (François Civil, Omar Sy, Mathieu Kassovitz, Reda Kateb …) dans un film encensé par la critique et récompensé par le César du Meilleur Son.
Un prix évident, vu le sujet : la paix mondiale se joue dans un sous-marin nucléaire et dépend d’une « oreille d’or », un spécialiste des sonars et de la guerre acoustique.
Alors pourquoi ce titre ? Il s’agirait d’une expression du jargon marinier qui désigne un son émis par le sonar à immersion.


Underwater

Film de William Eubank (2020)

Après avoir survécu tant bien que mal à un séisme, les scientifiques d’un laboratoire sous-marin doivent affronter de mystérieuses créatures
À nouveau, un long métrage ouvertement inspiré d’Alien (Ridley Scott, 1979) qui pousse la ressemblance jusqu’à la coupe de cheveux de Kristen Stewart (à la crâne-rasé-de-Sigourney Weaver) .

À regarder pour apprécier la technique du dry-for-wet  (ou comment faire croire à un environnement humide avec des artifices, mais sans eau), déjà vu dans La Forme de l’Eau (Guillermo Del Toro, 2017)-


Ne perdez plus aucune info avec le résumé des dernières anecdotes à connaître !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*