De quoi ça parle : La Flûte Enchantée

Un conte féérique et … franc-maçon !

On vous raconte de quoi parle l’un des opéras les plus célèbres de Mozart …
Comme si vous étiez, mais en plus vite !

la flûte enchantée

Le saviez-vous ?

  • La flûte enchantée (en allemand, Die Zauberflöte) a été créé en 1791 par le génial Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791).
  • Mozart composa cette oeuvre populaire afin de renflouer les caisses de son ami et frère maçon, le directeur de compagnie et auteur du livret, Emanuel Schikaneder.
  • Huit jours après la première représentation, Mozart écrivit à sa femme Constance :
    « La Flûte enchantée a été un grand succès, mais ce qui me fait le plus de plaisir, c’est le succès par le silence. »
  • Elle raconta que sur son lit de mort, le compositeur suivait en pensée le déroulé de l’opéra, encore représenté.
  • Son air le plus connu, l’air de la Reine de la Nuit, demande la virtuosité d’une soprano qui puisse atteindre un contre-fa.

.

L’histoire

On vous prévient, c’est du costaud !

Acte I 

Tableau nº1 : Dans les Terres Rocheuses

Le prince Tamino est poursuivi par un serpent géant.
Il est sauvé in extremis par les trois dames d’honneur de la Reine de la Nuit.

Elles tuent le monstre après que le prince s’est évanoui, puis disparaissent.

À son réveil, Tamino est rejoint par Papageno, mi-homme mi-oiseau, qui travaille comme oiseleur pour la Reine de la nuit.

Tamino le croit son sauveur.
Jusqu’à l’arrivée des Trois Dames qui punissent l’oiseleur pour son mensonge.

Elles parlent à Tamino de Pamina, la fille de la Reine de la Nuit, enlevée par l’affreux démon Sarastro.

Le prince se porte volontaire pour la sauver.
Pour ce faire, les Trois Dames lui offrent une flûte enchantée qui quand elle est jouée, change l’humeur de qui l’écoute.

Papageno doit accompagner Tamino dans sa mission.
Comme il est effrayé, les Trois Dames l’arment d’un carillon magique protecteur.

Le prince et l’oiseleur suivent trois jeunes esclaves qui les conduisent jusqu’au palais de Sarastro.

Tableau nº2 : Dans une chambre du Palais de Sarastro

Alors que Pamina est malmenée par Monostatos, le serviteur maure de Sarastro, Papageno surgit.
Les deux hommes sont effrayés par leur apparence mutuelle.
Monostatos s’enfuit.

Pamina reste seule avec Papageno, qui lui parle de Tamino … mais aussi de son désir de rencontrer sa Papagena.

Tableau nº3 : Dans la forêt face au Palais de Sarastro

Tamino se retrouve devant un temple et ses portes de la Sagesse, de la Raison et de la Nature.
Les esclaves lui conseillent d’être ferme, patient et discret.

Le prince passe la porte de la Sagesse.
Un prêtre lui explique qu’il a été trompé par la Reine de la Nuit !
Sarastro est un sage qui règne sur le monde de l’esprit.

Puis Tamino utilise sa flûte enchantée, alertant Papageno qui lui répond sur sa flûte de Pan.
Celui-ci, accompagnée de Pamina, est poursuivi par Monostatos.
Le Carillon magique les sauve de justesse.

Soudain, Sarastro apparaît devant eux.
Pamina l’implore de rentrer chez elle.
Mais il répond qu’il ne l’a pas enlevé, mais protégée de l’influence néfaste de sa mère.

Monostatos réapparaît, tenant Tamino prisonnier.
Il est content de sa prise et pense être récompensé.

Cependant, son maître le punit avec 77 coups de fouet.
Sarastro ne veut pas enfermer Tamino, mais l’initier à ses pratiques.

Acte II

Tableau nº1 : Une forêt de palmiers

Tout en invoquant Isis et Osiris, Sarastro discute avec ses prêtres de l’initiation de Papageno et Tamino.

Tableau nº2 : Dans une salle, lors d’une nuit d’orage

L’initiation commence.
Alors que le prince est prêt à tout affronter, l’oiseleur est plus réticent.
Lui ne veut que sa Papagena !

Les Trois Dames tentent de faire changer Tamino d’avis.
Que nenni !

Tableau nº3 : Un jardin

Pamina dort sur un lit au clair de lune.
Monostatos rôde, pleurant son amour malheureux.
Il doit se cacher lorsqu’apparaît la Reine de la Nuit, furieuse de la trahison de Tamino.
Elle chante alors son grand air « Der Hölle Rache kocht in meinem Herzen »dans lequel elle ordonne à sa fille de tuer Sarastro.

Tableau nº4 : Dans la salle de l’initiation

Tamino et Papageno sortent vainqueurs de toutes les épreuves …
Sauf celle du silence, difficile pour l’oiseleur !

Une vieille et laide femme surgit du sol … puis disparaît quand le très bavard Papageno lui demande son nom.

Quand Tamino joue de sa flûte enchantée, Pamina apparaît alors.
Mais face au silence imposé du prince, elle croit avoir perdu son amour et chante sa douleur.

Tableau nº5 : Une grande salle voûtée, à l’intérieur d’une pyramide

Sarastro et ses prêtres commencent un rituel.
Tamino ne peut toujours pas parler, même en présence de Pamina.
Les amoureux doivent se séparer mais avec la promesse de se retrouver plus tard.

Tableau nº6 : Dans un petit jardin

Papageno est seul : sa désobéissance lui interdit d’être initié.

Peu importe, l’oiseleur ne veut qu’un verre de vin et sa Papagena !
La vieille femme apparaît à nouveau et le demande en mariage.
Papageno accepte de mauvaise grâce … jusqu’à ce qu’elle se transforme en jeune et belle Papagena.

Elle disparaît à nouveau, car il n’est pas encore digne d’elle.

Tableau nº7 : Dans un jardin

Se croyant repoussée par Tamino, Pamina veut se suicider.
Elle est sauvée par les trois esclaves qui lui conseillent d’être patiente.

Tableau nº8 : Entre une montagne qui lance du feu et l’autre de l’eau

Tamino doit affronter l’épreuve de l’eau et du feu.
Pamina est autorisée à l’accompagner puisqu’elle ne craint plus la mort.

Grâce à la flûte enchantée, le couple réussit haut-la-main.

la flute enchantée

Tableau nº9 : Dans un petit jardin

Papageno continue de chercher sa Papagena … En vain.
Il veut donc se pendre.
Les trois esclaves lui conseillent plutôt d’utiliser son carillon …
Et Papagena apparaît, lui promettant de faire plein de petits Papagen@s !

Tableau nº10 : Dans les souterrains du temple

Monostatos a fait un marché avec la Reine de la Nuit : la main de sa fille contre sa vengeance sur Sarastro.
Le serviteur la conduit (avec les Trois Dames) dans l’obscurité, jusqu’à lui.
Mais la lumière jaillit et les ténèbres engloutissent les ennemis de Sarastro.

Le choeur final loue les nouveaux initiés, ainsi que la victoire du Soleil sur la Nuit.

la flute enchantée

Vous n’avez rien compris ?

C’est normal !
La flûte enchantée fait l’apologie de la franc-maçonnerie.

Quelques clés pour comprendre :

  • Le chiffre 3 apparaît dans la musique (succession de trois accords, trois bémols à la clef) et dans la narration (trois dames, esclaves, prêtres …).
    C’est une référence au nombre de l’Apprenti, symbole de la trinité harmonieuse Osiris, Isis et Horus.
  • Le parcours initiatique de Tamino et Pamina dans le Temple de Sarastro rappelle les cérémonies maçonniques avant l’appartenance à une loge.
  • Sarastro s’inspire du maître-à-penser persan Zoroastre, symbole d’ordre et de savoir pour les francs-maçons (le Soleil).
  • La Reine de la Nuit (la Lune) représente l’obscurantisme et la révolte de la femme contre la suprématie de l’homme.
    (Même si Mozart veut ouvrir l’initiation aux femmes, comme pour Pamina).
  • Alors que Mozart fut un franc-maçon exemplaire depuis son initiation en 1788 (Tamino, prêt à tous les sacrifices), son ami Schikaneder fut exclu de sa loge, un an après l’avoir intégré (Papageno, amateur de plaisirs simples).




Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*