IAM : Rap, Culture et Samples !

Leurs références en musique, histoire et cinéma

Pas besoin d’être un initié pour savoir que le rap se construit sur de la culture.

La preuve avec IAM, le plus mythique des groupes de rap français (avec NTM).
Plusieurs de leurs chansons piochent dans les classiques, tant musicaux que cinématographiques.

Retour sonore sur les samples repris par le groupe IAM.

Des standards = des samples pour IAM

Les morceaux de rap sont souvent l’addition de paroles inédites sur des classiques musicaux, maintes fois entendus.
IAM n’y échappe pas. La plupart de leurs créations s’inspirent de compositions existantes ou s’appuient sur des samples, de courts extraits séquencés.

« Tam-tam de l’Afrique » (1991)
« Pastime paradise » de Stevie Wonder (1976)

« Petit frère » (1997)
« Blue Road » de Gary Sandeur

« Elle donne son corps avant son nom » (1997)
« I Hate I walked away » de Syl Johnson

« Je danse le mia » (1993)
« Give me the night » de George Benson (1980)

« La saga » (1997)
« Memphis in June » de Ramsey Lewis (1962)

« Noble Art » (2003)
« Mediterranean » de Herbie Mann (1975)

« Independenza » (1998)
« I’ll live my love for you » de Millie Jackson (1976)

« Total Kheops » (1989)
« Don’t get around much anymore » de Louis Armstrong et Duke Ellington

IAM et les références cinéma

L’univers des Marseillais est largement inspiré par le grand écran, notamment par ces films que les quinquas (mais pas que !) considèrent cultes.

« Demain c’est loin » (1997)
Référence à Scarface (Brian de Palma, 1983)

« Nés sous la même étoile » (1997)
BO du film Meurtre à Alcatraz (Marc Rocco, 1995)

« L’Empire du Côté Obscur » (1996)
Dialogues du Retour du Jedi (Richard Marquand, 1983)
Extraits de la novélisation lue par Dominique Paturel

« Intro du Mordor » (2007)
Le Seigneur des Anneaux (Peter Jackson, 2001)

« Sad Hill » (1997)
« La Resa dei Conti » d’Ennio Morricone
Extraits du Bon, la Brute et le Truand (Sergio Leone, 1966)

Le titre « Un bon son brut pour les truands » sorti en 1996 est également un hommage au classique de Leone, mis en musique par Ennio Morricone.
IAM a d’ailleurs failli collaborer directement avec le compositeur, projet malheureusement avorté pour des histoires de droits d’auteur.

Marseille inscrite dans l’Antiquité

Avec des pseudos comme Akhenaton, Imhotep ou Kheops, rien d’étonnant !
Mais chez IAM, rien n’est gratuit.
Derrière ce goût pour l’Antiquité, se cache une vraie volonté.

« Si on a choisi de parler des civilisations antiques et de l’Égypte, ce n’est pas par souci d’esthétisme.
C’est parce que l’on a jugé que quelque part, l’histoire de l’humanité est aussi notre histoire. »

Extrait de La Face B, la biographie d’Akhénaton par Éric Mandel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *