Les inventions que l’on doit (encore) à Shakespeare

Des mots, des prénoms, un jeu et des millions d’oiseaux !

inventions Shakespeare

Les pièces de Shakespeare ont changé la face du monde.
On en parle encore 500 ans après.
Mais saviez-vous que le célèbre dramaturge nous a légué d’autres trésors couramment utilisés ?

Découvrez toutes les inventions que l’on doit à Shakespeare.

5 nouveaux mots

Et ce n’est qu’un léger aperçu !

  • « Bedroom »
    Avant Shakespeare, les Anglais ne parlaient pas de leur chambre.
    Tout simplement car le mot de ce tout nouveau concept n’existait pas.
    Grâce au Songe d’une nuit d’été, c’est chose faite.
  • « Buzzer »
    Si l’époque est au « buzz », c’est à cause d’Hamlet !
  • « Fashionable »
    Un mot à la mode dans Troilus et Cressida.
  • « To drug »
    L’addiction existait mais Shakespeare en a fait un verbe.
    Il parle de se droguer dans Macbeth.
  • Alligator
    Oui, c’est aussi grâce à Shakespeare que le mot espagnol « aligarto » a mué !
    Et étonnamment, il en parle dans Roméo et Juliette.

5 prénoms originaux

  • Ophélie
    C’est le fol amour d’Hamlet.
    Son prénom vient du mot grec qui signifie « remède ».
  • Cordélia
    Une version modernisée (enfin, à l’époque !) de Délia, le nom d’une déesse de la mythologie grecque.
    Aujourd’hui, elle est surtout la fille du roi Lear.
  • Roméo
    Et oui, il s’agit bien d’une des inventions de Shakespeare !
    Le prénom vient du latin Romaeus (« pèlerin qui est allé à Rome »).
  • Emilia
    Dans Othello, c’est la femme manipulée de Iago.
    C’est pourquoi son prénom est un dérivé du terme latin aemulus (« rival »).
  • Hermione
    Avant d’être la meilleure amie d’Harry Potter, elle fut la reine répudiée dans Un conte d’hiver.
    Son prénom vient du germain et signifie « majestueux ».

2 expressions mondialement connues

  • « Love is blind » : L’amour est aveugle.
    Ce n’est pas une des inventions de Shakespeare à proprement parlé.
    Mais sans son emploi répété dans plusieurs de ses pièces, comme Henry V et Le Marchand de Venise, qui la connaîtrait encore ?
  • « Green-eyed monster » : Le monstre aux yeux verts.
    Une expression made in Shakespeare qui désigne la jalousie et que l’on retrouve dans Le Marchand de Venise et Othello.

Le jeu du « Toc toc toc »

Si les Anglais de la Renaissance jouaient au « Knock knock ! Who’s there ? », c’est grâce à une scène de Macbeth qui les inspira.
Après avoir assassiné le roi d’Écosse, Macbeth et sa Lady entendent un serviteur ouvrir les portes du château et réalisent leur culpabilité.

Un parc à oiseaux !

Shakespeare a même été, sans le savoir, à l’origine d’un projet animalier.
En 1890, le zoologiste Eugène Schiffelin a remarqué qu’il y avait plus de 600 références aux oiseaux dans l’oeuvre du dramaturge.
Il décida d’importer les espèces mentionnées qui manquaient aux États-Unis.
Il libéra 60 étourneaux à Central Park …
L’Amérique du Nord en compte aujourd’hui 200 millions !

La mairie de Vérone peut aussi remercier Shakespeare.
Des milliers de touristes visitent chaque année la ville natale de Roméo et Juliette … qui n’ont pourtant jamais existé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *