L’organe caché dans « La Création d’Adam »

Et ça n’aurait pas plu au Pape !

Réalisée par Michel-Ange, de 1508 à 1512, La Création d’Adam est sans doute sa plus célèbre fresque.
On se souvient surtout d’un détail mondialement connu (que l’on retrouve dans E.T.) : les deux mains sur le point de se toucher.

La création d'Adam

Cette fresque de 280 × 570 cm n’est pourtant pas unique.
Elle appartient à une série de neuf représentations bibliques situées sur la partie centrale de la voûte du plafond de la Chapelle Sixtine (Cité du Vatican).

Michel-Angel y décrit plusieurs épisodes de la Genèse, le premier livre de la Bible.
Pour La Création d’Adam, il s’agit du passage : « Dieu créa l’homme à son image » (1, 26-27).



Que voit-on ?

À droite, Dieu, sous les traits d’un vieil homme barbu (symbole de sagesse), et des chérubins.
Parmi eux, une femme, que Dieu prend par l’épaule, et que les experts décrivent comme Ève, en attente d’être matérialisée sur Terre.
Tous sont enveloppés dans un manteau rouge.

En face, se trouve Adam allongé … en tenue d’Adam !
Soit dans toute son innocence, avant de commettre le pêché originel.
De son index droit, Dieu lui transmet « l’étincelle de la vie ».

Interprétation évidente ?
Pas pour Frank Lynn Meshberger, un gynécologue américain, qui a logiquement vu dans La Création d’Adam … un cerveau !

Dieu dans un cerveau

Le Dr. Meshberger exposa sa théorie dans le Journal of the American Medical Association en 1990.

D’après ses observations, la partie montrant Dieu représenterait, de façon inéquivoque, les différentes parties du cerveau humain.
La cape rouge délimiterait sa forme, tandis que les chérubins suggèrent ses circonvolutions.

la création d'adam

La théorie du Dr. Meshberger altère ainsi l’interprétation habituellement donnée à la fresque.

« On dit que dans le tableau ce que Dieu passe à l’homme est l’étincelle de vie.
Mais Adam est déjà en vie.
Je pense que ce que Dieu donne à Adam, c’est l’intellect. »
– Interview donné au New York Times. 

Cette théorie explique la présence d’Ève, comme une pensée divine, un projet de création (représentée dans la fresque suivante).

Ainsi, si Dieu est un cerveau, l’espace vide entre son index et celui d’Adam annonce une jonction synaptique … qui fut découverte à la fin du XIXème siècle !

Une théorie qui tient la route

Pas un, mais DES cerveaux

Car La Création d’Adam ne serait pas la seule fresque de la Chapelle Sixtine à en représenter un.

D’après deux experts en neuroanatomie américains, Ian Suk et Rafael Tamargo, La Séparation de la lumière et des ténèbres possèderait une vue ventrale du cerveau dans le cou divin.

Parce que la Renaissance …

La précision des motifs représentés laisse croire que Michel-Ange savait parfaitement ce qu’il peignait !
Et ce ne serait pas étonnant.

Après des siècles d’ignorance revendiquée, La Renaissance accorda une grande importance au corps humain et à son anatomie.
Le cerveau était alors considéré comme l’un des plus grands mystères, qui méritait d’être percé.

Comme Leonard de Vinci, Michel-Ange n’était pas que peintre, mais également un homme de science.
Il étudia de très près le corps humain, au point de pratiquer des autopsies, comme l’indique le peintre Giorgio Vasari dans son ouvrage Les Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes (paru en 1550).

… et l’Église

Mais, Rome veillait au grain !
La Papauté n’appréciait que moyennement cet essor du savoir, issu de manipulations sur cadavres et capable d’ébranler la religion au pouvoir.

Fâché avec le Pape Jules II au sujet du paiement de son travail, Michel-Ange n’était pas contre un petit pied-de-nez à l’Église, dont il détestait la vanité.
Alors, pourquoi ne pas cacher ses découvertes anatomiques dans des œuvres religieuses ?!

Peut-être même a-t-il voulu montrer que la communication avec Dieu pouvait être directe, sans médiateurs en soutane.

D’autres théories

Évidemment, on ne saura jamais les véritables intentions de Michel-Ange …
Bien que, avouons-le, la théorie décrite ci-dessus paraît plus que plausible !

Il en existe une autre, à nouveau issue du milieu médical.
La Création d’Adam serait en fait sa naissance, Dieu étant situé dans un utérus contenant un placenta.
La communication entre les deux doigts représenterait donc un cordon ombilical.

D’autres amateurs d’art restent sceptiques.
Car il est vrai que notre cerveau a tendance à créer des formes reconnaissables là où il n’y en a pas.

En tout cas, la Chapelle Sixtine n’a pas fini de fasciner !


Sources :
Sur le site secouchermoinsbete.fr 
Article du Telegraph
Sur le site slate.fr
Sur le site maxisciences.com




Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*