On a lu : « L’amour aux temps du choléra »

L’amour jusqu’à l’EHPAD !

Roman de Gabriel Garcia Márquez
Parution en Colombie : 1985
Parution en France : 1987

Un mot sur l’auteur

l'amour aux temps du choléra

  • Gabriel Garcia Márquez (1927-2014) a reçu le prix Nobel de littérature en 1982.

  • L’écrivain est une figure du réalisme magique. Ses oeuvres majeures décrivent des évènements “irrationels” dans un cadre culturel “réaliste”.
  • Ses principaux romans sont Pas de lettre pour le colonel (1961), Cent ans de solitude (1967), Chronique d’une mort annoncée (1981) et L’amour aux temps du choléra (1985).
  • “Gabo” a également été journaliste. Il a notamment enquêté sur le cartel de Medellín dirigé par Pablo Escobar (roman documentaire Journal d’un enlèvement (1996)).

De quoi ça parle ?

Les Caraïbes, fin du XIXème siècle.

Florentino Ariza est pauvre, mal habillé, maladroit et a l’air vieux malgré sa jeunesse. C’est aussi un fervent poète, qui brûle d’amour pour Fermina Daza, la jolie fille d’une canaille fortunée.

Ils vivent un amour adolescent dévorant qui termine quand Fermina mûrit.

Elle se marie avec le docteur Juvenal Urbino et pendant 50 ans, fait sa vie, croisant régulièrement l’ancien prétendant sans presque l’apercevoir.
Cependant, Florentino, devenu expert ès Amour, attend l’occasion pour se déclarer à nouveau …

Le saviez-vous ?

La trame est inspirée de deux histoires vraies :

– le passé des parents de Gabriel Garcia Márquez.

« La seule différence est qu’ils se sont mariés, et dès l’instant où ils se sont mariés, ils n’étaient plus des personnages intéressants d’un point de vue littéraire. » 

– un fait-divers : l’assassinat de deux américains, âgés de plus de 80 ans. Ce couple illégitime de longue date se voyait chaque année à Acapulco.

« C’est par leur mort que l’histoire de leur secret a été révélée. Ils m’ont fasciné. Ils étaient tous deux mariés à quelqu’un d’autre. »

.

l'amour aux temps du cholera
« … le premier de nous deux qui rira … »

.

À lire : Oui, Non, Bof ?

BIEN SÛR !

Parce que :

  • c’est un grand classique.
  • ça parle d’amour sans niaiserie, à la fois avec la précision d’un chirurgien et la magie d’un poète.

.

Mais aussi pour :

  • Ses héros médiocres

Fermina et Florentino n’ont rien du couple parfait de papier glacé. Ils sont courants, parfois peu attachants voire carrément insupportables.

Fermina est une bêcheuse capricieuse,
D’abord adolescente têtue, elle s’enferme volontairement dans un mariage de convenance et devient une maîtresse-femme pragmatique.

Pour Florentino, c’est vêtements sombres et démodés, visage émacié, pommade capillaire suintante, regard perdu de myope. Adulte, le puceau romantique devient un chaud lapin, qui vit ses problèmes digestifs comme des symptômes de l’amour.

Les autres personnages en sont guère mieux. Car dans L’Amour aux temps du choléra, les humains sont faibles, médiocres et emplis de défauts. Seul l’amour est exceptionnel.

  • Sa description du troisième âge

Et ce n’est pas si courant (excepté Amour (2012), film de Michael Haneke).

Garcia Marquéz montre que sous les corps décrépis vibrent des coeurs ardents de jeunes premiers. Ainsi que la liberté et la lucidité que l’on gagne après des années de convention sociale.
Le troisième âge, c’est une nouvelle adolescence : pouvoir dire « merde » sans demander pardon !

  • Ses théories sur l’Amour

L’amour “âgé” est l’état parfait : sans fioriture, ni complexe.
Mais pour atteindre ce point culminant, il faut surmonter toutes les phases antérieures.
La passion juvénile qui s’alimente de peu mais dévore entièrement.
L’amour conjugal, minutieusement décortiqué, de la découverte sexuelle jusqu’à la mise en place de la routine rassurante, en passant par les disputes, l’adultère et la tendresse.
Jusqu’à l’amour filial, depuis la difficulté d’être parent jusqu’à la déception inavouée que causent certains enfants.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*