« Le Rouge et Le Noir » de Stendhal

Rien à voir avec Jeanne Mas !

Roman d’apprentissage en deux parties
Écrit par Stendhal et paru en 1830

le rouge et le noir

Les infos qui épatent !

  • Le Rouge et Le Noir est sous-titré « Chronique de 1830 ».
  • On trouve en épigraphe une citation de Danton : « La vérité, l’âpre vérité ».
  • Stendhal est un pseudonyme.
    Le véritable nom de l’auteur est Henri Beyle.
    Tout le monde le sait, mais tout le monde oublie !



De quoi ça parle ?

Partie I

Verrières, petite ville en Franche-Comté.

Julien Sorel est le troisième fils d’un scieur … Et ils se méprisent mutuellement !
Le vieux Sorel se moque de ce fils gringalet, qui ne s’interesse qu’aux … livres, beurk, horreur !
Et Julien se désespère de vivre parmi les pecnos …

le rouge et le noir

De plus, son admiration sans borne pour Napoléon Bonaparte n’est pas très bien vue, en pleine Restauration.

Le curé Chélan repère le potentiel du jeune homme, prêt à tout pour sortir de son milieu.
Il l’instruit, le fait entrer au séminaire et le recommande auprès du maire, Monsieur de Rênal.

Julien Sorel devient alors le précepteur de ses enfants.
Il peut enfin côtoyer la bourgeoisie dont il rêvait.
Sa jeunesse et sa timidité naturelle séduisent la très maternelle et sage Madame de Rênal, qui plonge pourtant avec passion dans l’adultère !

le rouge et le noir

Julien Sorel devient la coqueluche de tous, malgré un tempérament fier et l’hypocrisie de ses choix.
Les rumeurs ne tardent pas à courir … et une lettre anonyme arrive chez Monsieur de Rênal.
Celui-ci ne croit pas à l’adultère dénoncé, mais préfère faire taire les bruits en renvoyant Julien.

Madame de Rênal est désespérée, mais devant son amant, feint l’indifférence.
(Détail important pour la suite !)

Julien Sorel part au séminaire de Besançon, où ses camarades lui font la vie impossible.
L’abbé Pirard comprend pourtant son ambition et l’aide à obtenir un autre poste convoité à Paris.

C’est ainsi que Julien devient le secrétaire du marquis de La Mole.

Comment ça finit ?

Partie II

Julien Sorel se fait rapidement bien voir par son employeur …
Et par sa fille, Mathilde, adolescente passionnée qui s’éprend du jeune ambitieux.

le rouge et le noir

Les deux jeunes gens ont une aventure.
Mathilde (qui veut tout, tout de suite … et en ce moment, c’est Julien) avoue à son père qu’elle est enceinte de son secrétaire.
Le marquis se voit contraint d’anoblir son domestique.

Julien Sorel devient alors « Monsieur le chevalier Julien Sorel de La Vernaye », lieutenant de hussards.
Il ne manque à son ambition que le mariage avec Mathilde.

Pourtant, le marquis le refuse, à cause d’une lettre de Madame de Rênal.
Furieux, Julien part à Verrières, entre dans l’église où son ancienne maîtresse se trouve, et en plein messe, lui tire dessus.

Sorel est emprisonné.
Mathilde vient le voir chaque jour et tente, en vain, de le faire libérer.
Madame de Rênal, qui a survécu, essaie également de le faire acquitter.

Cependant, le jury le condamne à la guillotine, en raison notamment de la loi sur le sacrilège.
(Une tentative de meurtre, ça passe, mais en pleine messe … ÇA NON !)

Julien et Madame de Rênal ont une entrevue avant l’exécution.
Et contre toute attente, Julien, déjà lassé de Mathilde, ressent un retour de flamme …
Envers celle qu’il a voulu tuer !

le rouge et le noir

Julien Sorel est décapité.
Fascinée par l’amour de la Reine Margot pour son ancêtre Boniface de La Môle, Mathilde reproduit son geste et récupère la tête de son amant.
(Elle ne la garde pas, elle l’enterre … C’est un peu moins glauque !)

Madame de Rênal décède trois jours après Julien.

Pour acheter le roman sur Amazon : Le Rouge et le Noir

Pourquoi ce titre ?

Stendhal a d’abord appelé son chef d’oeuvre : Julien.
Le prénom de son personnage principal … ça se tient !
Alors pourquoi l’avoir changé ?

le rouge et le noir

L’auteur ne l’a jamais clairement expliqué mais il existe plusieurs théories.
Et la plus connue n’est sans doute pas la bonne ! 

  • Ces couleurs seraient des symboles de l’ambition de Julien Sorel.
    Le rouge pour l’armée, le noir pour le clergé.
  • Mais sachant que dans le roman, Sorel associe l’armée au blanc, certains penchent plutôt sur un autre sens plus communément accepté.
    Le rouge pour les femmes, le noir pour l’habit de séminariste qui le sépare des nobles.
    L’amour vs. l’ascension sociale. 
  • Ces couleurs rappellent également les jeux de hasard.
    Comme la roulette dont les numéros rouges et noirs apparaissent fin XVIIIe siècle.

À l’origine du roman : « Faites entrer l’accusé ! »

Stendhal n’a rien inventé : il a décrit un fait divers !
En décortiquant subtilement la psychologie des intervenants et la réalité sociale de son époque, certes !
Mais n’empêche qu’il a copié la vraie vie !

Stendhal se passionnait pour les affaires criminelles.
En 1827, il lit, dans La Gazette des Tribunaux de sa ville natale Grenoble, l’histoire qu’il reprend dans sa totalité dans Le Rouge et le Noir.

Antoine Berthet, issu d’une famille modeste, mais si intelligent qu’il entre au séminaire …
Qui devient précepteur des enfants Michoud, avant d’être l’amant de leur mère …
Puis travaille pour une autre famille plus noble, les Cordon, dont il séduit la fille avant d’être renvoyé …

Le 22 juillet 1827, Antoine Berthet, qui cherche à se venger, tire sur son ancienne maîtresse, Madame Michoud.
Elle survit mais lui est exécuté pour avoir agi pendant la messe.
Il avait 25 ans.

Ça vous rappelle quelque chose ?!

le rouge et le noir

Les Citations à replacer !

« Son amour est encore de l’ambition : c’était la joie de posséder, lui pauvre être si malheureux et si méprisé, une femme aussi noble et aussi belle. Il se dit : elle est bonne et douce, son goût pour moi est vif, mais elle a été élevée dans le camp ennemi. »

« Un roman est un miroir qui se promène sur une grande route. »

« Qui s’excuse s’accuse. »

« La passion peut se comparer à la loterie : duperie certaine et bonheur cherché par les fous ! »

« Jamais cette tête n’avait été aussi poétique qu’au moment où elle allait tomber. »

« La parole a été donnée à l’homme pour cacher sa pensée. »

« Jamais il ne fera ni un bon prêtre, ni un grand administrateur. Les âmes qui s’émeuvent ainsi sont bonnes tout au plus à produire un artiste. »

Top des Adaptations

  • L’emblématique : le film de Claude Autant-Lara en 1954, avec Gérard Philipe et Danielle Darieux.
  • La télévisuelle : le téléfilm diffusé en 1998, avec Carole Bouquet, Kim Rossi Stuart, Judith Godrèche …
  • La musicale : l’opéra-rock de François Chouquet et Laurent Seroussi en 2016.

le rouge et le noir




Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*