« Les Misérables » de Victor Hugo

Les Gilets Jaunes du XIXème ! 

Roman historique, social et philosophique en 5 tomes
Écrit par Victor Hugo et paru en 1862

les misérables

Top des Adaptations

  • L’emblématique: au cinéma en 1958, par Jean-Paul Le Chanois, avec Jean Gabin, Bernard Blier et Bourvil.
  • La « grand public » : à la télé en 2000, par Josée Dayan, avec Gérard Depardieu et John Malkovitch.
  • L’anglo-saxonne : La comédie musicale de Claude-Michel Schönberg est devenu un grand classique de Broadway, puis un succès hollywoodien en 2012 (film avec Hugh Jackman).
    On doit à l’air de Fantine « I dreamed a dream » d’avoir révélé en 2009 la chanteuse britannique Susan Boyle !
  • La parodique : le sketch Les Miséroïdes des Inconnus
  • La WTF ! : en 2014, la telenovela mexicaine dans laquelle Jean Valjean est un traficant de drogue appelé … Lucía Durán !

les misérables

.

À l’origine du roman : un adultère !

On ne présente plus Victor Hugo (1802-1885) …
Poète, romancier, intellectuel engagé … Mais aussi homme à femmes !

Parmi ses conquêtes, l’exploratrice et dramaturge Léonie D’Aunet (1820-1879), qui dès 1844, craque pour son collègue.

La dame est mariée à un peintre, François-Auguste Biard, qui accepte mal d’être cocu …
Au point de faire constater officiellement le flagrant délit d’adultère en 1845 !

les misérables

Madame prend alors deux mois de prison, puis six mois de couvent.
Quant à Hugo, il brandit son statut de Pair de France pour échapper à la condamnation …

Mais pas à la honte !
Car même sans Twitter, le tout-Paris apprend rapidement l’aventure !
L’écrivain se fait discret et s’enferme chez lui.

Victor Hugo s’occupe alors en écrivant Les Misères, l’histoire de « Jean Tréjean » …
Qui devient plus de quinze ans plus tard la grande fresque historique que l’on connaît.

.

Les Misérables : Ce qu’il faut absolument connaître

Les personnages devenus antonomases

Ou quand un personnage a un caractère si marquant que son nom propre entre dans le langage commun pour le définir.

  • Les Thénardier : un couple d’aubergistes, archétype de l’exploitation enfantine.
  • Cosette : le symbole de l’enfant maltraité
  • Gavroche : le « titi parisien », gouailleur et dégourdi.
les misérables
Un gavroche à droite de La Liberté guidant le peuple, peinture d’Eugène Delacroix (1830)

La chanson de Gavroche

L’air qu’entonne l’enfant, sur les barricades, avant de prendre une balle …

Je suis tombé par terre,
C’est la faute à Voltaire,
Le nez dans le ruisseau,
C’est la faute à Rousseau. 

.

De quoi ça parle ? (Spoiler !)

1815

Jean Valjean vient de passer 19 ans au bagne.
Il a purgé cinq ans pour le vol d’un pain et le reste pour tentatives d’évasion.
Exclu de la société qu’il déteste, il n’y a que le bon évêque Myriel pour l’aider : il lui offre le gîte, le couvert et l’envie d’être honnête.
Malheureusement, une étourderie rend Valjean récidiviste. Il doit changer d’identité pour éviter la prison à vie.

En 1818, une mère célibataire, Fantine, confie la garde de sa petite fille, Cosette, à des aubergistes, les Thénardier.
Le couple sans scrupule extorsionne Fantine, qui en vient à vendre ses cheveux, ses dents et jusqu’à son corps.
Alors qu’elle est sur le point d’être arrêtée par Javert, l’inspecteur qui traque Valjean, elle est sauvée par le maire de Montreuil, Mr Madeleine.
Celui-ci n’est autre que l’ex-forçat qui s’est enrichi honnêtement. Il promet à Fantine, mourante, de s’occuper de sa fille.

Rattrapé par les condamnations qui pèsent sur lui, Valjean doit renoncer à sa couverture.
Avec Cosette, il trouve refuge dans un couvent à Paris.

1830-1832

Marius est un étudiant aux idées républicaines, déshérité par son riche grand-père royaliste.
Il tombe sous le charme d’une jeune inconnue toujours accompagnée de son père.
Ce sont Cosette et Valjean, retrouvés par Javert et de nouveau confrontés aux Thénardier.

Le 5 et 6 juin 1832, l’histoire s’accélère, avec les émeutes et barricades sanglantes.
La plupart des personnages secondaires meurent en héros (les amis de Marius, Gavroche et Éponine Thénardier …).
Valjean sauve la vie de Marius et même de Javert.
Perturbé par cet acte généreux, l’inspecteur se jette dans la Seine : il ne peut choisir entre manquer à son devoir et arrêter un homme devenu honnête.

Marius épouse Cosette et l’éloigne de Valjean, qu’il considère comme un assassin.
Il ne comprend son erreur que peu de temps avant la mort du vieillard, à laquelle le couple assiste.

.

Les détails que tout le monde oublie !

  • Gavroche est le fils des Thénardier.
  • Marius est sauvé par Éponine, une des filles Thénardier, amoureuse transie, qui prend une balle à sa place.

En parallèle de la narration principale, Victor Hugo :

  • décrit Waterloo, la célèbre défaite de Napoléon Ier, figure qui le fascine (tome II).
  • se positionne « pour une religion contre les religions », soit contre l’Église mais en faveur d’une spiritualité sincère (tome II).
  • décrit les égoûts de Paris, appelés « l’intestin de Léviathan » (tome V).

.

Les Citations à replacer !

« Ceux qui ont faim ont droit. »

« Les galères font le galérien. »

« Nous sommes pour la religion contre les religions. »

« Les livres sont des amis froids et sûrs. »

« Voyager, c’est naître et mourir à chaque instant. »

« Les vieillards ont besoin d’affections comme de soleil. C’est de la chaleur. »

« Ce génie particulier de la femme qui comprend l’homme mieux que l’homme ne se comprend. »

« On s’aime, on se sourit, on se fait des petites moues avec le bout des lèvres, on s’entrelace les doigts des mains, on se tutoie, et cela n’empêche pas l’éternité. » 

.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*