« Notre-Dame de Paris » de Victor Hugo

« Quoi, ma gueule ?! »

Un des classiques de la littérature française, paru en 1831, connu du monde entier.
Mais qui a réellement lu ce roman historique de onze livres ?

On vous raconte tout ce qu’il faut savoir (et que tout le monde oublie) sur Notre-Dame de Paris de Victor Hugo.

De quoi ça parle ?

Notre-Dame de Paris, 1482.

Livres I et II

Le lecteur suit Pierre Gringoire, un poète sans-le-sou qui assiste à la Fête des Fous (une fête païenne tolérée par le clergé).
Le clou du spectacle de cette mascarade populaire est l’élection du Pape des fous.
Cette année, le vainqueur est Quasimodo, le très laid sonneur de cloches de Notre-Dame.

À la tombée de la nuit, Gringoire voit la danseuse bohémienne Esmeralda sur le point de se faire enlevée par Quasimodo et un mystérieux homme en noir (Frollo). Elle est sauvée in extremis par Phoebus, un capitaine de la garde.

Par mégarde, Gringoire se retrouve en plein coeur de la Cour des miracles, le quartier des brigands.
Esmeralda lui sauve la vie, en le prenant pour mari.

Livres III,  IV et V

Après un long descriptif de Paris vue du ciel et de l’histoire de la cathédrale, le lecteur en apprend plus sur Claude Frollo.
En gros : l’archidiacre adore son frère cadet Jehan, a adopté Quasimodo, n’a jamais désiré les femmes et déteste les bohémiens.
Victor Hugo en profite aussi pour aborder l’invention de l’imprimerie au passage …

Livre VI

Quasimodo est jugé pour avoir tenté d’enlever Esmeralda.
Le procès est une farce expéditive : on le condamne à deux heures de pilori.
Ironie : la seule qui fait preuve de compassion envers lui est la propre Esmeralda.

Près du pilori, se trouve une cellule en entresol, le « Trou aux rats », où vit volontairement la soeur Gudule.
Cette vieille folle, dont le grand trésor est un petit chausson de bébé, passe son temps à crier contre les bohémiens, en particulier Esmeralda.
Il faut dire que, quinze ans plus tôt, des bohémiens ont enlevé Agnès, sa petite fille adorée, et l’ont remplacée par un enfant bossu (Quasimodo évidemment …).

Livre VII

Quelques semaines ont passé … Et l’action commence enfin !

Bilan amoureux.
Quasimodo est amoureux d’Esmeralda, qui n’a d’yeux que pour Phoebus (crapule fiancé à la jalouse Fleur-de-Lys), qui passerait bien une nuit avec la bohémienne, tout comme l’obsédé Frollo !

Ce dernier apprend que Phoebus doit voir Esmeralda dans un cabaret.
L’archidiacre propose à son rival de l’argent pour pouvoir assister secrètement à leurs ébats … qui accepte !
Oui, on est loin de Disney !

Une fois sur place, Esmeralda se refuse d’abord au capitaine.
Mais lorsqu’elle est sur le point de céder, Frollo se jette sur lui et le poignarde, avant de fuir.

Livre VIII

Esmeralda est jugée pour le meurtre de Phoebus (qui pourtant a survécu).
Également accusée de sorcellerie, elle est torturée et se désigne coupable.

Frollo tente de l’aider (à sa façon très intéressée) mais évidemment, elle le repousse.

Le jour de sa pendaison, Esmeralda aperçoit Phoebus bien vivant sur le balcon de sa fiancée.
Comprenant que son bien-aimé est en fait une belle ordure, elle s’abandonne à la mort.

C’est sans compter sur Quasimodo qui la sauve et l’entraîne dans l’église, pour qu’elle bénéficie du droit d’asile.

Livre IX

Frollo, toujours obsédé, cohabite difficilement avec Esmeralda dans Notre-Dame.
Heureusement, Quasimodo veille sur elle, au point de ne plus être aussi loyal envers son père adoptif.
Il la sauve lorsque Frollo tente d’abuser d’elle.

Livre X

Avec une idée derrière la tête, Frollo convainc Gringoire d’amener Esmeralda loin du danger.
Le poète fait appel aux truands et ils assiègent la cathédrale.
Mais Quasimodo les empêche d’entrer, permettant aux soldats du Roi Louis XI de décimer les bohémiens.

Et comment ça finit ?

Livre XI

Frollo profite du désordre pour enlever Esmeralda, qui refuse toujours ses avances.
Furieux, il l’enferme dans le « Trou-aux-rats » afin que son ennemie, la soeur Gudule, en finisse avec elle.
Mais, contre toute attente, les deux femmes découvrent qu’elles sont mère et fille, chacune ayant en leur possession le même chausson de bébé !

Gudule meurt en tentant d’éviter que les gardes n’amènent sa fille retrouvée.
En vain …
Esmeralda est pendue.
Comprenant la responsabilité de son père adoptif, Quasimodo pousse Frollo du haut de Notre-Dame et va se laisser mourir près du cadavre de la bohémienne.
Quant à Phoebus, Victor Hugo dit qu’il reçoit le pire des châtiments : il se marie !

Lire le roman : Notre-Dame de Paris

Les infos à replacer !

  • Frollo n’appelle pas son fils adoptif Quasimodo en raison de ses difformités.
    Mais parce qu’il le trouve le jour de la fête de Quasimodo, qui a lieu le premier dimanche après Pâques.
    Cette célébration doit son nom aux premiers mots latins d’un texte biblique :
    « Quasi modo geniti infantes, alleluia … » /« Comme des enfants nouveau-nés, alleluia … »
  • Esmeralda n’est pas bohémienne, mais Quasimodo si (cf le résumé ci-dessus !).
  • Malgré ses bonnes critiques, Honoré de Balzac détesta Notre-Dame de Paris.
    « Deux belles scènes, trois mots, le tout invraisemblable, deux descriptions, la belle et la bête, et un déluge de mauvais goût — une fable sans possibilité et par-dessus tout un ouvrage ennuyeux, vide, plein de prétention architecturale — voilà où nous mène l’amour-propre excessif. »

À l’origine du roman : Ivanhoé !

Au XIXème, les Français lisent beaucoup, en particulier des romans sur le Moyen-Âge.
Ce qui plaît en particulier : les romans de cape et d’épée britanniques …
Pour être exact, écossais.
Car l’auteur particulièrement en vogue vient des Highlands : Sir Walter Scott (1771-1832).

Après avoir raconté sa terre natale dans Waverley (1814), Walter Scott fait dans le Robin des Bois avec son chef-d’oeuvre, Ivanhoé (1819).
L’histoire d’un chevalier fidèle au roi Richard Coeur-de-Lion, qui doit lutter pour récupérer ses terres et sa belle, Lady Rowena.

Honoré de Balzac (1799-1850) et Victor Hugo (1802-1885) sont de grands fans de Walter Scott.
Et ça tombe bien : leur éditeur, Charles Gosselin, a bien envie de surfer sur la vague !

En 1828, il leur demande d’écrire des romans « à la Walter Scott ».
Ainsi Balzac boucle Les Chouans en 1829.
Victor Hugo, lui, a du mal à terminer son Notre-Dame de Paris dans les temps.
Les échanges entre l’auteur pressé et l’éditeur impatient se terminent même aux tribunaux …

Quoiqu’il en soit, le roman paraît en 1831, devenant un classique français grâce à un auteur écossais !
Qu’aurait été Esmeralda si Jules Verne était né un siècle plus tôt ?!

Notre-Dame de Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *