L’Abécédaire de Salvador Dali

Une vie aussi surréaliste que son oeuvre ! 

C comme … Catalogne

Salvador Jacinto Dalí Doménech est profondément catalan.

Il est né à Figueras, en 1904, dans une famille fortunée. Son père était notaire et sa mère s’occupait de sa petite soeur et lui.
La famille passait ses vacances près de Cadaquès, au Cap de Creus, dont il peindra plus tard certains paysages de bord de Méditerranée.

Plus tard, en 1930, Dali achètera avec son épouse Gala une cabane de pêcheur à Port Lligat … Pour la modique somme de 250 pesetas (1,50 euros !).  Avec le temps, ils en feront un véritable palais, plein de passages secrets et d’objets étranges. Ils possèderont également un château médiéval à Púbol.

Dali
Paysage près de Figueras (1910)

S comme … Salvador

Salvador porte le prénom d’un frère aîné, jamais connu, décédé à l’âge de deux ans. Quand le futur peintre eut cinq ans, on l’amena voir la tombe du petit garçon, en lui disant qu’il était sa réincarnation. D’après ses mémoires, cette information le marqua profondément.

L’autre drame de sa jeunesse est la mort de sa mère en 1921, alors qu’il n’a que dix-sept ans.
Il écrit dans son journal :

« Avec les dents serrés de tant pleurer. je me suis juré de délivrer ma mère de la mort,
avec les épées de lumière qu’un jour brilleront brutalement autour de mon glorieux nom. »

Dali
Jeune fille debout à la fenêtre (1925)

T comme … Tempérament

Dali est un enfant choyé et capricieux, aux multiples manies et peurs.
Son jeu préféré : se déguiser en roi, s’assoir sur une chaise et donner des ordres.

dali

Cependant, malgré un tempérament en apparence facétieux, Salvador est un grand timide.
À l’école, il feind l’évanouissement à chaque examen oral, et s’isole lors des récréations. Il a du mal à se faire accepter.

Ses camarades apprennent sa phobie des sauterelles et déposent souvent un de ces insectes près de son pupitre, pour se moquer. Pour éviter ce harcèlement, Salvador prétend avoir peur des noeuds papillon !

Plus tard, Dali se passionne pour le Tour de France, qu’il regardait à la télévision, le poste posé à l’envers … Afin que les cyclistes souffrent davantage !

Une autre lubie : il garde toujours, et le plus naturellement du monde, le stylo de quiconque lui demande un autographe.

Ses amis l’appellent « El divino », en raison de son narcissisme, et « Ávida dollars », anagramme de « Salvador Dali » trouvé par André Breton et qui témoigne de son amour de l’argent.

Quelques citations révélatrices :
« L’unique différence entre un fou et moi, c’est que moi, je ne suis pas fou ! »
« Je suis follement amoureux de moi-même. Chaque matin au réveil, je ressens un plaisir suprême, le plaisir d’être Salvador Dali. »

M comme … Madrid

En 1922, après l’École de Dessin à Figueras, Salvador part étudier à l’Académie madrilène des Beaux-Arts de San Fernando.

Logé dans la prestigieuse Résidence des Étudiants, il y rencontre le futur cinéaste Luis Buñuel et les membres du groupe littéraire avant-gardiste Generación del 27. En particulier le déjà poète Federico Garcia Lorca, qui rapidement devient son meilleur ami … Voire plus, d’après certains.
Quoiqu’il en soit, le peintre ne se consolera jamais de sa mort, en 1936, aux mains de milices franquistes.

dali

À Madrid, Dali découvre le Musée du Prado, les clubs de jazz, le charleston … La bohème.
Il expose également quelques oeuvres.

Dali connaît une interruption dans ses études.
Anarchiste, communiste et républicain, il est accusé en 1923 d’organiser un mouvement d’agitation en Catalogne. Emprisonné pendant trois semaines, l’Académie des Beaux-Arts l’expulse, avant de le reprendre l’année suivante.

P comme … Paris

En 1927, Dali visite la capitale française.
Son séjour est marqué par la découverte de Versailles et du Musée Grévin, et par la rencontre avec Pablo Picasso qu’il admire.
Les deux peintres parlent pendant quelques heures de leurs oeuvres, mais ne se lient pas d’amitié pour autant. Bien des années après, la politique les séparera définitivement.

Lors d’un autre séjour à Paris, en 1929, Dali adhère au surréalisme.
Ce mouvement fondé par le poète André Breton tente de dépasser le réel pour libérer l’esprit. Influencé par Freud, Dali explore l’inconscient, en particulier les rêves.
Il faut dire que, depuis sa jeunesse, Salvador Dali appréhende le monde de façon différente. Il aimait observer les tâches ou imperfections des murs, imaginant comment en faire des peintures. À douze ans, il regardait les paysages à travers un bouchon en verre (qu’il gardera sur lui toute sa vie). Les décors prennaient alors des allures de toiles impressionnistes.

Les toiles de son époque parisienne présentent des plages infinies aux silhouettes lointaines, des montres molles, des corps troués, des effets d’optiques à double sens … Ce sont les plus célèbres oeuvres de Dali, bien que leur interprétation est incertaine.

« Le plus important ce n’est pas qu’elles (les montres) soient dures ou molles, c’est qu’elles indiquent l’heure exacte. »

Dali
La Persistance de la Mémoire (1931)

En 1934, Dali se fait exclure du mouvement surréaliste, notamment en raison de sa fascination pour les débuts d’Hitler. Il continue cependant à en faire la publicité. Par exemple, lors de l’exposition parisienne, en 1938, de son Taxi Pluvieux.

dali

G comme … Gala

Gala est, sans aucun doute, le grand amour de Salvador Dali.
Elle s’appelle Elena Dimitrovna Diakonova, mais il la surnomme Galarina, Galuxka, Gradiva, Oliva, Oliveta

dali

Gala (1894 – 1982) rencontre Dali en 1929, à Cadaqués. Elle accompagne son mari Paul Éluard et Magritte, lors d’une visite.
C’est le coup de foudre réciproque. Comment ne pas remarquer Dali, capable de se teindre les aisselles en bleu pour attirer son attention !

gala dali
Galatea des sphères (1952)

Gala et Dali s’épousent civilement en 1932, puis religieusement en 1958. Elle est sa principale muse, mais également sa secrétaire, son agent, sa cuisinière et son chauffeur !

Dans les années 60, le couple commence à se séparer. Dalí trouve alors d’autres muses : Nanita Kalaschnikoff, un mannequin qui devient son amie intime, puis Amanda Lear, nouvelle égérie qu’il présente comme un transexuel.

F comme … Films

Salvador Dali est passionné par le cinéma depuis l’enfance.
Ses parents lui ont très tôt acheté un projecteur, à l’époque objet rare et coûteux, qui lui permet de visionner des documentaires et des comédies.

En 1929, Dali écrit avec Buñuel le scénario du court-métrage Un chien andalou, le premier film surréaliste de l’histoire. Le film est une succession de scènes très étranges : un rasoir qui coupe un oeil, un âne mort couché sur un piano tiré par deux moines, une femme sans bouche …
Pas étonnant que le film ait fait scandale à sa sortie. D’ailleurs, Buñuel s’y attendait : pour la première projection, il avait emporté des cailloux dans les poches à lancer sur le public … Au cas où !
Cependant, les deux amis ne s’arrêtent pas là. En 1930, ils présentent un nouveau long-métrage « anticlérical et antibourgeois », L’âge d’or, qui reste interdit jusqu’en 1981. Des différences créatrices lors du tournage brisent définitivement l’amitié entre Buñuel et Dali.

Le peintre collabore sur d’autres films :

  • Giraffes on Horseback Salad des frères Marx, qui ne se tournera jamais. Anecdote : Dali offre à Harpo Marx une harpe surréaliste dont les cordes sont faites de barbelés ! 
  • Destino de Walt Disney, avec lequel Dali sympathise et pour qui il réalise 153 dessins. Le film ne se fera qu’en 2003, bien après la mort des deux hommes.
  • La Maison du docteur Edwardes d’Alfred Hitchcock, pour qui Dali dessine le décor et la célèbre séquence de danse, simplifiée par le réalisateur (par exemple, Dali voulait accrocher 14 pianos au plafond !).

N comme … New York

En 1939, lors de l’entrée en guerre de la France, Dali et Gala voyagent pour la première fois à New York. Des journalistes l’attendent sur le port : le peintre, très bon client publicitaire, leur offre une baguette de dix mètres de long.

Le couple réside dans la Grande Pomme pendant huit ans. Ils s’y intègrent parfaitement et côtoient le gratin, comme Helena Rubinstein.

New-York devient sa ville préférée. Dali y connaît une gloire sans limite. Tous ses projets de design sont des succès : décors de ballet, bijoux, T-shirts, cravates, collants, flacons de parfums, chaises … Toujours avec une touche surréaliste : des chapeaux en forme de chaussures, un téléphone-langouste, un canapé-bouche !dali

En 1942, Dali publie sa première autobiographie, La vie secrète. Une source importante de revenus qui accroît également sa célébrité américaine. Sans parler de son journal de quatre pages, qui paraît dans l’unique but de faire son autopromotion ! La publication a néanmoins le mérite de montrer des créations inédites, comme un alphabet original composé de « daligrammes » !

« Je suis en train de devenir légérement multimillonaire. »

R comme … Réalisme Magique

En 1949, les Dali reviennent en Catalogne, en pleine dictature franquiste. Les intellectuels et artistes de gauche, toujours exilés, prennent très mal ce retour. Le peintre s’en défend, disant qu’il ne fait pas de politique mais de l’art. Il maintient néanmoins quelques rapports avec Franco.

Il se rapproche également de l’Église. Ayant grandi dans une famille athée, qui ne lui parle jamais de Dieu, c’est une nouveauté pour lui.
Depuis 1945, Dali renoue avec une peinture et des thèmes plus classiques, comme les scènes bibliques. Il invente alors le réalisme magique, puis l’hyperréalisme métaphysique, délaissant définitivement le surréalisme.

dali
Le sacrement de la dernière cène (1955)

D comme … Décadence

Quand Gala décède en 1982, Dali perd l’illusion pour son travail.
Il permet l’impression massive de ses oeuvres en cartes postales, posters, etc. Il en arrive à signer des feuilles blanches, pour dix dollars l’unité, pour qu’on y reproduise ses tableaux. Ce qui permet de nombreuses falsifications …

Dali déprime, cesse de manger et souffre de la maladie de Parkinson. Il peint sa dernière huile sur toile en 1983, La Queue d’aronde.

dali
La Queue d’aronde (1983)

Salvador Dali décède le 23 janvier 1989, à presque 85 ans, après avoir reçu les saints sacrements et modifié son testament en faveur de l’État espagnol (et non pas la Generalitat de Catalogne).

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*