On a vu « Sans un bruit » : Critique et Anecdotes

Le silence ou la mort 

sans un bruit

Sans un bruit est un film d’horreur sorti en 2018, réalisé par John Krasinski, qui donne notamment la réplique à Emily Blunt et Millicent Simmonds.
Dans cet article, pas de spoilers … Mais on vous prévient, vous n’oserez plus élever la voix pendant un certain temps après l’avoir vu !

Au fait, de quoi ça parle ? (sans spoiler)

Sur Terre, en 2020.
La plupart des humains ont été anéantis par des créatures apparemment indestructibles, aveugles mais à l’ouïe hypersensible.
Pour éviter d’attirer leur attention, les survivants doivent donc vivre dans le silence complet.
Comme le couple Abbott et leurs trois enfants …

sans un bruit

Le saviez-vous ?

  • Emily Blunt + John Krasinski = <3 aussi à la ville !
  • Madame est plus célèbre que Monsieur.
    Elle a notamment joué dans Le diable s’habille en Prada (2006), Edge of Tomorrow (2014), La fille du train (2016) …
  • L’actrice Millicent Simmonds (leur fille dans le film) a perdu l’audition à l’âge d’un an, à cause d’une surdose médicamenteuse.
  • Michael Bay, le « papa » des Transformers, produit Sans un bruit.
    Sa société veut relancer des remakes des classiques : Vendredi 13, Massacre à la tronçonneuse et Freddy.

Sans un bruit : Critique

Par Elea MacGrath

Contrainte au silence et coupée du reste du monde, une famille tente de survivre.
Autour d’elle, les trois créatures qui ont décimé la ville continuent de chasser le moindre bruit. Elles sont extraordinairement rapides, puissantes et implacables, comme indiqué dans l’accroche de l’affiche du film : « S’ils vous entendent, il est déjà trop tard ».

John Krasinski, connu notamment pour son rôle de Jim Halpert dans la série américaine The Office, endosse ici la triple casquette d’acteur, réalisateur et producteur.
Habité par son rôle de père, il dirige avec efficacité sa petite famille de jeu. En particulier ses deux personnages féminins.
Son épouse à la ville, la très talentueuse Emily Blunt.
Et surtout Millicent Simmonds, actrice réellement sourde, révélée dans le film Le Musée des merveilles.

Outre les champs de maïs, beaucoup d’éléments rappellent l’excellent Signes de Night Shyamalan.
Le réalisateur manie habilement les codes du film de genre pour engendrer la peur chez le spectateur.
La violence graphique y est absente, bien que quelques scènes n’en restent pas moins impressionnantes.
La tension résulte surtout d’angles de vue parfois astucieux, de plans efficaces (comme la séquence avec l’homme des bois).

sans un bruit

Mais Sans un bruit ne réussit pas à proposer un contenu harmonieux et cohérent.
De grossières erreurs narratives, comme celle qui engendre le premier drame du film, déçoivent voire irritent tant elles sont si peu vraisemblables en pareilles circonstances.

Alors que les cris sont normalement indissociables du film de genre, l’originalité de Sans un bruit tient au silence imposé aux personnages.
On regrette alors un manque d’audace. Pourquoi ne pas vraiment oser le poids du silence et supprimer la musique ?
Il aurait fallu ne garder que l’essentiel : le travail minutieux accompli sur l’élément central du film, le son, du plus franc au plus anodin.

sans un bruit

[simple-author-box]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *