« Starsky et Hutch », les « nouveaux chevaliers au grand coeur » … depuis 1978 !

« Et qui n’ont jamais peur de rieeeeen ! »

« Starsky et Hutch », une série différente

La série, tournée à Los Angeles, évoque les enquêtes de deux policiers dans la ville fictive de Bay City.

Deux acteurs débutants, un duo charismatique

starsky et hutch
David Soul
prête ses traits à Kenneth Hutchinson dit « Hutch », le blond calme et sportif.
L’acteur d’origine norvégienne est né en 1943 à Chicago. Il se fait connaître dès 1967 en chantant dans une émission de télé … mais masqué, afin que le public ne se concentre que sur sa musique ! Un Daft Punk avant l’heure !
Il décroche ensuite quelques rôles dans des séries, puis le film de Dalton Trumbo, Johnny s’en va-t-en guerre (1971) avec Donald Sutherland. Mais le succès n’arrive qu’en 1973, lorsqu’il joue un flic peu fréquentable dans le deuxième volet des aventures Eastwoodiennes de l’inspecteur Harry (Magnum Force).
Les producteurs du futur Starsky et Hutch le repèrent dans ce rôle et lui propose d’être Hutch (même si David Soul aurait voulu jouer son acolyte).

David Starsky, le brun nerveux, est interprété par Paul Michael Glaser. Né en 1943 dans le Massachusetts et Master de réalisation en poche, il commence sa carrière à Broadway. Suite à un premier long-métrage, il court les castings et tombe sur celui de Starsky et Hutch. En compétition avec des dizaines d’autres acteurs, il est choisi pour son jeu plus que décontracté : il mangeait des cacahuètes en présence des casteurs !

David Soul et Paul Michael Glaser se connaissaient de vue avant de jouer le duo de flics. Les tournages les ont rapprochés rapidement et la « bromance » vue à l’écran n’était pas feinte. Ils ont d’ailleurs beaucoup fait pour que la série soit pertinente et leur ressemble. En improvisant notamment les scènes finales de chaque épisode, particulierement drôles et légères.

starsky et hutch

D’après une histoire vraie

L’idée de ce duo improbable, aux méthodes peu orthodoxes, naît d’abord de la volonté des producteurs. Entre autres d’Aaron Spelling, à qui l’on doit la plupart des séries à succès des dernières décennies (Beverly Hills 90210, Melrose Place, Charmed …).
Ils voulaient un duo d’agents hors du commun … Le scénariste William Blinn leur servit une version édulcorée de personnes réelles !

starsky et hutch

Lou Telano et John Sepe avaient fait les choux gras de la presse, tant ils étaient prêts à tout !

Ces deux flics, en fonction dans le New-York des années 60-70, usaient de déguisements et de couvertures originales pour mener à bien leurs enquêtes. Ils pouvaient se déguiser en hippies ou en femmes, ou se faire passer pour un couple gay … Tout en arpentant les rues, de nuit, au volant d’une voiture de sport rouge …

Ça vous dit quelque chose ?!

Des éléments repérables, dont on se souvient encore !

Pas de Starsky sans sa voiture, une Ford Gran Torino rouge barrée d’une bande blanche.
Pourtant Glaser la détestait et tenta de la détruire à chaque tournage !
Peine perdue, car s’il y était parvenu, le département de placement de produits, tout fraîchement créé par Ford, en aurait fourni une autre. Le début du marketing dans les séries …starsky et hutch

Si la voiture apparaît dans les 91 épisodes de la série, le cardigan beige et noir de Starsky n’est apparu que dans trois épisodes !
Il est pourtant devenu emblématique. Ben Stiller le porte d’ailleurs dans l’adaptation cinéma de Todd Phillips, avec Owen Wilson (2004) … Que l’on ne vous conseille pas si vous aimiez la série !starsky et hutch

Mentionnons, non pas des éléments, mais des personnages secondaires, qui ont aussi largement contribué au succès et à l’identité de la série.

  • Le capitaine Dobey, joué par Bernie Hamilton (et un acteur noir dans un rôle de chef, c’est inusuel à l’époque).
  • Huggy Bear ou « Huggy les bons tuyaux » pour nous, Français, l’indic à l’allure singulière, incarné par Antonio Fargas.

starsky et hutch

Dramatique aux États-Unis, comique en France

La version américaine de Starsky et Hutch n’a rien à voir avec celle qui a été diffusée en France. TF1 a beaucoup fait pour estomper la rudesse de la série originale.

  • Le doublage des deux héros fut assuré par des comédiens de vaudeville. Ainsi, la voix grave de David Soul fut remplacée par celle plus nasillarde de Francis Lax, mettant un relief comique au jeu sobre de l’américain. Quant aux exubérances de Starsky, Jacques Balutin les accentua, ajoutant même des badineries au scénario original.
  • Autre élément léger : le générique français de Lionel Leroy, pseudonyme utilisé par Yves Martin, le mari de Sheila. Si sa voix vous est familière, c’est normal ! Vous l’avez déjà entendu chanter « Dallas », « L’amour du risque » et « Goldorak » !
    Le style de cette adaptation n’a absolument rien à voir avec les trois génériques utilisés aux États-Unis.
    Tout comme les musiques utilisées dans les épisodes : du jazz funk américain contre de la variété française. Deux salles, deux ambiances !
Ainsi, on a oublié le côté dramatique de Starsky et Hutch.
La série aborde pourtant des thèmes rudes. L’enfance maltraitée, le viol d’une jeune handicapée mentale, le meurtre d’un collègue gay, les violences policières envers les Afro-américains, l’addiction à l’héroïne … Des sujets vus avec le prisme de la mentalité des années 70 (frôlant donc le sexisme et l’homophobie parfois), mais très peu exploités à la télé de l’époque.
Le tout assaisonné de multiples morts violentes, mais aussi de cascades impressionnantes et de déguisements excentriques, pour faire passer la pilule et plaire au téléspectateur !

« Starsky et Hutch » : Anecdotes

1 – Cinq épisodes de la série furent réalisées par Paul Michael Glaser, et trois par David Soul.

2 – Comme souvent, Starsky et Hutch a vu défiler bon nombre de figurants et seconds rôles qui sont devenus célèbres avec le temps.
Par exemple :

  • Jeff Goldblum (Jurassic Park, Independance Day …)
  • Mélanie Griffith (Working Girl …)
  • Kim Cattrall (Samantha dans la série Sex and The City)starsky et hutch

3 – Dans la première bouture du scénario, la Ford Gran Torino était une Chevrolet Camaro verte et blanche, le modèle que le créateur de la série William Blinn possédait dans sa jeunesse.

4 – Le personnage de « Huggy les bons tuyaux » avait un tel succès qu’il a failli être le héros d’un spin-off. Dans cette série, il serait devenu détective privé au côté de son ami, l’ancien shériff « Turkey » (joué par Dale Robinette).
Pour tester le potentiel de cette idée, les scénaristes ont écrit l’épisode 20 de la deuxième saison (« Pas de chance Huggy »), dans lequel les deux compères remplacent Starsky et Hutch lors d’une enquête.
Malheureusement, l’épisode fut un échec lors des projections-tests et l’idée fut abandonnée.

 starsky et hutch

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*