10 Expressions françaises et leurs insolites traductions !

À chaque pays, ses images !

Être le dindon de la farce

expressions françaises traductions

En changeant de pays, on change d’animal !
En Espagne, l’expression se dit « Ser el que paga el pato » : être celui qui paie le canard.

Les Anglais sont enveloppés dans la fourrure (« to be wrapped in fur »).

Pendant ce temps, au Canada, on se fait passer un sapin.

.

C’est plié !

expressions françaises traductions

On utilise cette expression quand une situation n’a plus de recours possible.
Aux États-Unis, on cite le King : « Elvis has left the building », Elvis a quitté l’immeuble !
Du coup, il ne reste plus aucun espoir d’obtenir un autographe !

Avoir un chat dans la gorge

expressions françaises traductions

En France, on pense au miaulement quand on est enroué.
Mais en Angleterre, c’est le coassement !
« To have a frog in my throat » : avoir une grenouille dans la gorge.

.

Quand les poules auront des dents

Cliquer pour découvrir sur Amazon

Alors là, c’est un florilège international !

En Angleterre, on met en scène un autre animal de la ferme : « When pigs might fly »quand les cochons pourront voler.
Il existe une autre version plus poétique : « When hell freezes over »quand il gèlera en enfer

En Italie, le ciel est peuplé d’ânes : « quando gli asini voleranno ».

En Espagne, plus question de voler : quand les grenouilles auront des poils« cuando las ranas críen pelo ».

En Allemagne, on évoque plutôt les dates, comme les calendes grecques.
Quand Pâques et Pentecôte tomberont le même jour : « wenn Ostern und Pfingsten aufeinen Tag fallen ».

Avoir une araignée au plafond

expressions françaises traductions

En Angleterre, pas d’araignée, mais des chauve-souris (« bats in the belfry (beffroi) ») ou un géranium (« to have a geranium in the cranium ») !

Au Brésil, ce sont des singes dans le grenier (« ter macaquinhos no sotao »).

Pour les Allemands, c’est ne pas avoir toutes les tasses dans l’armoire (« Nicht alleTassen im Schrank haben »).

En Espagne, les fous sont mal de la terrasse (« estar mal de la azotea »).

.

Il y a anguille sous roche

expressions françaises traductions

En France, cette expression évoque une situation qui ne tourne pas rond et qui cache quelque chose d’étrange.

Mais, aux États-Unis, « there is a snake in the grass », il y a un serpent dans la pelouse.
On met aussi en avant « que ça ne sent pas bon » … Soit ça sent soit le poisson (« it’s something fishy »), soit le rat (« to smell a rat »).

En Espagne, « hay gato encerrado » : un chat enfermé ! Et on imagine aussi combien ça peut sentir mauvais …

Coûter un bras

expressions françaises traductions

Payer très cher quelque chose, ça demande aussi un sacrifice physique aux Européens !

Les Anglais payent par le nez (« to pay through the nose »). 
Une expression qui viendrait du IXème siècle, quand les Danois recensaient les Irlandais (en comptant leur nez).
D’ailleurs, si quelqu’un ne payait pas les taxes, on le leur coupait en deux !

Les Espagnols y laissent un oeil (« un ojo de la cara »), un rein (« un riñon ») ou … un testicule (vulgairement « un huevo »).

.

Il tombe des cordes

expressions francaises traductions

Quand il pleut comme vache qui pisse !

En anglais, une pluie abondante fait pleuvoir des chats et des chiens (« it’s raining cats and dogs »).

Et en espagnol, il tombe des cruches entières (« llueve a cántaros »).

Au Canada, il pleut des clous et aux Pays-Bas, des briques (« het regent bakstenen »).

On n’apprend pas aux vieux singes à faire la grimace !

Une expression française proche de la blague …

Et les Britanniques ont un équivalent tout aussi drôle.
« you would have me teach granny to suck eggs »on n’apprend pas à mémé à gober des oeufs !

En Espagne, c’est le Diable qui connaît toutes les astuces.
« más sabe el Diablo por viejo que por diablo »le diable est plus malin parce qu’il est vieux que parce qu’il est diable.

.

En faire tout un fromage

C’est ce que l’on obtient d’un peu de lait.
Autrement dit, beaucoup de pas grand-chose !
Au Canada, on « beurre épais ».

En Italie, c’est bien plus explicite : « fare di una mosca un elefante » – faire d’une mouche un éléphant.

Les Anglais font une montagne d’une taupinière« to make a mountain out of a molehill ».

Et les Espagnols montent un poulet (« montar un pollo ») !

.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*