« Wonderwall » : la célèbre chanson d’Oasis qui tua le groupe

Le plus grand succès / échec de Noel Gallagher

Qu’est-ce que c’est Oasis ?
Définitivement le tube planétaire « Wonderwall », hymne de la brit pop des années 1990.

On vous raconte comment cette chanson propulsa le groupe au rang de star mondiale à la fois qu’il précipita sa chute.

Chronique d’une séparation annoncée

Si Oasis était fait pour le succès, apparemment pas ses leaders.

Dès ses débuts, le groupe indie connaît le succès.
En 1994, le premier album Definitely Maybe atteint la tête des charts et le record des ventes les plus rapides en Grande-Bretagne.

Mais la tournée se passe mal.
Les frère Gallagher, leaders du groupe, ne peuvent plus se sentir et n’hésitent pas à le faire savoir. Les concerts se terminent souvent à coups d’instruments et d’insultes alcoolisées.
La presse se régale de leur relation sulfureuse et alimente l’engouement du public.

Mais, en septembre 1994, c’est déjà la bagarre de trop et Noel décide de quitter le groupe.
Si l’auteur-compositeur change d’avis, c’est parce qu’il veut marquer l’Histoire de la Musique. Il canalise sa rage dans l’écriture d’un second opus.

« La grande force d’Oasis, c’est ma relation avec Liam.
C’est aussi ce qui a finalement détruit le groupe. »

– Noel Gallagher, dans le documentaire Supersonic (2016)

Le chef d’œuvre de Noel

Le monde indie, c’est bien, mais Gallagher veut toucher le monde entier.
La guéguerre entre frères et la rivalité avec leur concurrent Blur sont une bonne rampe de lancement, mais pour durer, Oasis doit s’inscrire hors des tabloïds.
Pour ce faire, Noel doit suivre l’exemple de tant d’autres groupes de rock : il faut créer une balade au refrain fédérateur.

En 1995, il se lance dans l’écriture de (What’s the Story) Morning Glory.
L’album s’enregistre à toute vitesse et dans la douleur.
Noel et Liam se disputent sans cesse, les musiciens travaillent en dilettante … L’album se fait bien mais imparfaitement, avec parfois qu’une seule prise par chanson.

Entre avril et septembre, trois singles sortent : « Some might say », « Roll with it », « Morning glory ». La presse s’adapte au nouveau ton pop, mais sans grand enthousiasme.

Puis, « Wonderwall » sort le 2 octobre et fait oublier les bluettes.
D’abord appelé « Wishing Stone », Noel s’inspire finalement de Wonderwall Music, l’album d’un des Beatles, George Harrison, sorti en 1967.

Plus qu’un succès, c’est un phénomène !
Nº2 en Grande-Bretagne, nº8 au Billboard américain, ultra diffusée dans les séries télé, mariages et karaokés de France, Espagne et jusqu’en Australie !

Noel Gallagher est aussi applaudi par ses pairs.
Parmi les musiciens qui auraient voulu écrire « Wonderwall » : Lars Ulrich de Metallica, The Edge de U2 et même Alex James de Blur.

Au fait,« Wonderwall », ça parle de quoi ?

« Because maybe
Peut-être parce que
You’re gonna be the one that saves me ?
Tu seras celle qui va me sauver ?
And after all
Car après tout
You’re my wonderwall
Tu es mon mur des merveilles »

À sa sortie, « Wonderwall » est officiellement une chanson d’amour, écrite par Noel Gallagher pour sa petite amie de l’époque, Meg Mathews.
Mais après leur divorce en 2001, la version change.

« La signification de cette chanson m’a été volée par les médias.
Comment expliquer à votre petite amie que la chanson ne parle pas d’elle, une fois qu’elle a lu partout que c’était le cas ?
Cette chanson parle d’un ami imaginaire qui va arriver pour vous sauver de vous-même.« 

– Interview sur BBC Radio, octobre 2002

Le début de la fin

Ainsi, Noel a écrit un tube au message universel, mais c’est Liam qui le chante ! La faute a une énième dispute en studio.

Pour ce deuxième album, Noel veut interpréter ses propres chansons.
Mais Liam, qui a bien compris leur potentiel, n’est pas du tout d’accord.
Si son frère excelle dans l’écriture, son fort à lui, c’est l’interprétation.

Avant d’en arriver encore aux mains, Noel lui laisse le choix entre « Wonderwall » ou « Don’t look back in anger ».
Mal lui en a pris.

wonderwall

Car tout le monde associe désormais « Wonderwall » à Liam Gallagher.
De l’avis des critiques, c’est son interprétation qui en fait une grande chanson. D’ailleurs, le clip ne contient pratiquement que des plans de face du chanteur.

Des deux Gallagher, c’est donc le benjamin qui a sorti son épingle du jeu et entre dans la postérité, volant au compositeur du tube tout son mérite.

Ce qui n’a pas amélioré leurs relations …

wonderwall

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *